Ce n’est pas l’angle droit qui m’attire, ni la ligne droite, dure, inflexible, inventée par l’homme. Ce qui m’attire, c’est la courbe libre et sensuelle, la courbe que je rencontre dans les montagnes de mon pays, dans les cours sinueux de ses rivières… ». C’est ainsi que l’architecte brésilien, Oscar Niemeyer, moteur du modernisme dans son pays, chante un hymne à la courbe qui marquera la totalité de son travail. D’ailleurs, les traits incurvés du Corcovado s’éparpilleront bien au-delà des frontières du Brésil à travers les réalisations de l’architecte un peu partout dans le monde. En voici quelques-unes des plus célèbres.
 

L’ouvrage monumental de la capitale Brasilia
 

Ouvrages de Niemeyer à Brasilia


Brasilia est sans doute l’ouvrage pour lequel l’architecte est le plus connu. Tout simplement parce qu’il ne s’agit pas de la conception d’un seul édifice mais d’un projet urbain dans son ensemble. Ainsi est née la capitale du Brésil sortie de terre au centre du pays en moins de 4 ans entre 1956 et 1960 sous l’impulsion du président de l’époque, Juscelino Kubitschek. L’urbaniste Lucio Costa et Oscar Niemeyer ont voulu créer une ville moderne à vocation sociale. Au centre de la ville, le Congrès national dessiné par l’architecte rassemble dans le même bâtiment la Chambre des députés et le Sénat dans une volonté de sobriété économique. Un peu plus loin, toujours dans le noyau urbain, un autre ouvrage imaginé par Niemeyer : la cathédrale de Brasilia et son plafond de verre. De nombreux autres édifices signés Niemeyer sont à voir le long de cette allée centrale voulue comme le cœur politique de la ville.
 

Le Musée d'art contemporain de Niterói, au Brésil
 

Le musée d'art contemporain de Niteroi au Brésil

Perché sur une falaise, en face de la ville de Rio de Janeiro, le musée d’art contemporain de Niterói surplombe la baie de Guanabara. Sa structure emblématique en forme de soucoupe offre une vue panoramique de la baie. Son armature s’élève du sol sur une seule base cylindrique de 9 mètres de diamètre qui soutient l’ensemble du bâtiment. Pour y accéder, il faut emprunter une rampe tourbillonnante recouverte d’un tapis rouge. Creusé dans la montagne, le visiteur en descendant sous terre trouvera un auditorium pour 60 spectateurs ainsi qu’un restaurant. 
 

Les volcans du Havre
 

Les Volcans du Havre de Niemeyer


Trouvant son inspiration des courbes des montages, l’architecture du centre culturel du Havre, en France, semble prendre les traits, cette fois-ci, d’un volcan. Un tracé qui dénote de celui des édifices environnants, rigoureusement orthogonaux du temps où l’économie était de mise dans la reconstruction de la ville après la guerre 39-45. Cependant, Oscar Niemeyer souhaitait que son projet, aussi différent soit-il, s’intègre au paysage architectural du Havre. Le Grand volcan accueille une salle de spectacle, quant au deuxième volcan plus petit, ses portes sont plus aisément ouvertes car il est utilisé comme bibliothèque de la ville.
 

Le Centro Niemeyer espagnol


Centro Niemeyer à Avilès

Plus au Sud de l’Europe à Avilés, le Centro Niemeyer est l’unique œuvre de l’architecte en Espagne. C’est un espace ouvert à de nombreuses formes d’arts comme la musique, la danse, le cinéma, le théâtre et les arts plastiques. Le dôme convexe permet aux artistes de travailler les formes, la lumière et la réverbération du son. Ce dôme s’inscrit au centre de la place à proximité de la tour musée et de l’auditorium. Niemeyer explique qu’il plaça le bâtiment administratif à l’arrière-plan de ces édifices comme pour les « discipliner ». 
 

L’Italie et son auditorium de Ravello


L'auditorium de Ravello de Niemeyer


« Parmi les projets sur lesquels j'ai travaillé au cours de ces dix années (1999-2009), le théâtre Ravello a été l’un des sujets qui m’intéressait le plus, car c’était un projet à l’étranger dans une des plus belles villes d’Italie, Ravello, sur une terre surplombant la mer. ». Voilà comment Oscar Niemeyer considérait son travail sur l’auditorium de Ravello dans la région de Campanie, près de Naples. L’édifice vêtue de blanc accueille un festival de musique chaque été. Il est utilisé également comme le centre artistique de la ville en organisant des expositions de sculptures et autres arts plastiques.