Back to top

De 1968 à 2010, les éruptions, émissions de cendres et coulées de roche en fusion ont fait de l’Arenal le volcan le plus agité du pays.

Depuis, il a retrouvé son calme, du moins en apparence. Surveillé par les vulcanologues pour prévenir toute reprise d’activité, il ne peut être escaladé jusqu’au cratère couronnant son sommet. Mais les marcheurs peuvent se balader sur ses pentes couvertes de forêt dense ou labourées par des champs de lave solidifiée. De plus, ses sous-sols continuent de produire une eau chaude, chargée de minéraux bienfaisants : les sources thermales s’écoulent naturellement sur ses flancs ou sont captées afin d’alimenter bassins et piscines pour un bain relaxant après une randonnée à pied, à cheval voire à VTT. Ou encore après un parcours sur la canopée, au fil des tyroliennes, au pied de l’imposant cône volcanique atteignant 1 670 mètres.