Avec 12 sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, l’Argentine est sur le podium des pays d’Amérique latine ayant le plus de site inscrit à l’UNESCO. L’Argentine se distingue par ses très grands espaces naturels aux paysages variés souvent protégés au sein de parcs nationaux. Son histoire précolombienne puis la colonisation des Espagnols lui ont légué également un patrimoine culturel important. Pour toutes ces raisons, nous vous proposons un top 5 des sites incontournables du patrimoine mondial argentin

 

Parc national de l'Iguazu et ses cascades

Chutes d'Iguazu

Le Parc national de l’Iguazu avec ses immenses chutes d’eau témoigne des merveilles naturelles que recueille l’Argentine. Son site de chutes d’eau s’étendant sur une longueur de 2,7 km – l’un des plus longs du monde – culminent à 80 mètres avec sa cascade nommée « la Gorge du Diable ». S’étendant sur la frontière de l’Argentine et du Brésil, elles sont protégées par un deuxième parc national au Brésil. Les deux parcs abritent notamment une forêt subtropicale renfermant une faune rare typique de la région comme le tapir, les singes hurleurs, les ocelots et les caïmans à museau large. La visite des chutes du côté brésilien permet d’avoir une vision globale du site alors que vous pourrez voir de plus près chaque cascades quitte à se mouiller un peu plus du côté argentin.

 

Les glaciers de Patagonie au Parc national de los Glaciares

Les glaciers de Patagonie

Symbole de la Patagonie au sud de l’Argentine, le parc national de Los Glaciares est connu pour ses nombreux glaciers qui couvrent la moitié de son territoire et ses lacs bleu turquoise. Un patrimoine universel étant donné l’immense quantité d’eau douce qu’il emmagasine. Le front du glacier Perito Moreno formant une falaise rencontre d’ailleurs le lac Argentino d’une manière spectaculaire. Des bouts de glaciers chutent de 60 mètres dans le lac situé juste en dessous. Ce n’est pas à cause du réchauffement climatique mais grâce à une importante masse d’air au-dessus du glacier se transformant en neige et l’alimentant continuellement. Alors, le front du glacier progresse de deux mètres par jour et quelques fois se brise. C’est l’exception qui confirme la règle quand on constate que les autres glaciers de Patagonie sont majoritairement tous en train de fondre. Des agences basées dans la ville de El Calafate, située environ à 70 km du Perito Moreno, proposent aux visiteurs des randonnées avec l’équipement adéquat au plus près du glacier.

 

Le site préhistorique de Cueva de las Manos

Cueva de los manos

Toujours en Patagonie, la Cueva de las manos (la grotte aux mains), est un site préhistorique à proximité de la rivière Rio Pinturas. La grotte le long d’une falaise comporte de nombreuses peintures rupestres réalisées il y a plus de 9 000 ans. Elle tire son nom des plus de 800 impressions de mains inscrites sur les parois à la manière de pochoirs. On peut également y observer des représentations d’animaux comme le guanacos, un cousin du lama. Il est souvent mis en scène dans des scènes de chasse ce qui est un témoignage précieux concernant les styles de vie que pouvaient avoir les indigènes.

 

Les parcs naturels d’Ischigualasto et Talampaya, alias le « Triassic Park »

Les parcs naturels d’Ischigualasto et Talampaya

Une terre asséchée qui ressemble à un paysage lunaire. Voici les parcs naturels d’Ischigualasto et Talampaya dans la province de San Juan et Rioja. Situés dans un territoire aride proche de la cordillère des Andes, entouré de falaises de grès rouge et un sol tapissé de sédiments blancs, les deux parcs possèdent de nombreux trésors enfouis. D’importantes quantités de fossiles y ont été découvertes renseignant les paléontologues sur les origines des mammifères et des dinosaures pendant la période du Trias de -251 millions d’années à -201 millions d’années. Bien que les deux parcs soient voisins, leurs deux entrées sont espacées d’environ 100 km.

 

Les missions jésuites des Guaranis dans la province de Misiones

San Ignacio Mini

Des ruines anciennes dans une forêt tropicale en Argentine. On pourrait penser à des vestiges de la civilisation Incas. Il n’en est rien. Les sites de San Ignacio Mini, de Santa Ana, Señora de Loreto et de Santa Maria la Mayor sont les témoignages des missions évangéliques des catholiques jésuites du XVIIe et XVIIIe siècles. Le cinquième site est au Brésil à Sao Miguel das Missoes. On peut y voir des ruines d’églises qui permettaient de prêcher la religion catholique aux amérindiens Guaranis établis dans la région. Il est conseillé de visiter les lieux avec un guide car il n'y a pas beaucoup de panneaux explicatifs pour appréhender l'histoire des ruines sauf pour celle de San Ignacio Mini.