Back to top

Rendez-vous sur l’archipel de Malte pour un incroyable voyage dans le temps. Le plus petit état européen abrite les édifices humains parmi les plus anciens du monde. Les temples mégalithiques de Malte sont des constructions préhistoriques, érigées aux 4e et 3e siècles av. J.-C., qui fascinent par leur sophistication et leur diversité de formes et de décorations. Bâtis en pierres libres, avec des moyens limités, ces temples n’ont pas encore révélé tous leurs secrets.

On compte six sites maltais classés au patrimoine mondial de l’UNESCO : les temples de Tarxien, de Hagar Qim, de Mnajdra, de Skorba, et de Ta’ Hagrat, sur l’île de Malte, ainsi que ceux de Ggantija, sur l’île de Gozo. Hagar Qim et Mnajdra sont situés au sud de Malte, près du village de Qrendi. Ils sont constitués de plusieurs temples et extensions, bâtis sur une longue période allant de 3600 à 2500 av. J.-C. Les plus anciens d’entre eux ont donc été construits mille ans avant les pyramides de Gizeh.

Les mystères des temples mégalithiques de Malte

Les-mystères-des-temples-mégalithiques-de-Malte.jpg

Les temples de Hagar Qim et Mnajdra sont composés de chambres circulaires. Ils sont entourés d’un mur d’enceinte en calcaire dur, dont le plus grand monolithe atteint une longueur de 6,4 m et un poids de 20 tonnes, sans qu’on sache comment il a pu être taillé, transporté, ni érigé. Les chambres renferment du mobilier et des objets d’art en calcaire plus tendre, décorés de trous, de spirales, de formes d’arbres et d’animaux. À Hagar Qim, on a également mis à jour une statuette féminine élaborée, baptisée la « Vénus de Malte ». Fait plus fascinant encore, l’entrée principale de Mnajdra est orientée de manière à laisser passer la lumière du soleil à chaque équinoxe.

Mnajdra

Séparés de 500 mètres, les temples de Hagar Qim et Mnajdra se visitent lors d’une même excursion. Un petit musée leur est dédié et propose un audioguide. On peut en profiter pour découvrir la grotte bleue (ou blue grotto), réputée pour son eau turquoise transparente. On peut aussi prolonger l’exploration de la période néolithique avec la visite de l’hypogée de Hal Saflieni, qui compte cinquante salles souterraines creusées dans la roche.