Turku, en Finlande, est une ville de 190 000 habitants traversée par le fleuve Aura, dans le sud-ouest du pays. Ancienne capitale de la Finlande suédoise, elle a changé de statut en 1812, quand les Russes, vainqueurs de la guerre avec la Suède, ont transféré le pouvoir à Helsinki. Loin d’avoir perdu son charme et son influence, Turku compte de nombreux monuments et musées et s’anime lors des événements et festivals organisés pendant l’été. La plupart des points d’intérêt se trouvent le long du fleuve Aura (ou Aurajoki), épine dorsale de la ville, qu’il est possible de longer à pied ou en vélo. Comme il fournit l’eau potable de la cité, les activités polluantes sont absentes de ses berges, ce qui assure la conservation du cadre paisible du centre-ville.

Découvrir la ville médiévale de Turku

decouvrir-la-ville-medievale-de-turku

L’un des monuments incontournables de la localité est son château, dont la construction a commencé en 1280. Celui-ci se dresse dans la partie occidentale de la ville, là où le fleuve Aura débouche sur les 20 000 îles qui constituent l’archipel de Turku. Dotée d’un mur d’enceinte Renaissance et d’un donjon médiéval, la bâtisse a connu un passé mouvementé, servant un temps de prison d’État. Aujourd’hui, elle renferme un musée historique immersif, une église encore active, des salles de réception et des restaurants.

Détruite aux deux tiers par les flammes en 1827, Turku regroupe peu de bâtiments du Moyen-Âge. Sa cathédrale luthérienne évangélique reste toutefois l’édifice religieux le plus important de Finlande. Construite à partir du XIIIe siècle, elle a la particularité de réunir les styles roman, gothique et néogothique. À proximité se situe l’ancienne place principale du marché, avec à côté la rue pavée Luostarin Välikatu, étroite artère médiévale préservée après l’incendie.

Que faire à Turku ?

Le plan géométrique de la ville, œuvre de l’architecte Carl Ludwig Engel, postérieure au grand incendie de 1827, est propice aux balades, tout comme le sont les berges du fleuve Aura. De la cathédrale au château, une promenade de 3,5 kilomètres est ponctuée d’espaces culturels. Vous pourrez notamment admirer les maisons en bois et en pierre dans lesquelles est installé le musée Aboa Vetus & Ars Nova, qui mêle histoire médiévale et art contemporain. Toujours sur la rive sud se trouve le musée d’art moderne Wäinö Aaltonen. Sur la rive nord, près du château, faites une halte sur le voilier Suomen Joutsen, érigé en 1902 à Saint-Nazaire et transformé en musée.

Au port de Turku, après avoir exploré le musée maritime Forum Marinum, embarquez sur un ferry et rejoignez l’île de Ruissalo ou la ville de Naantali. Ruissalo est renommée pour ses villas du XIXe siècle, ses forêts de chênes et son festival de rock, Ruisrock, organisé chaque année en juillet. Vous pourrez également vous y délasser et surfer sur la plage de Saaronniemi. Quant à Naantali, elle abrite le manoir de Kultaranta, la résidence d’été du Président, entourée de jardins à visiter, ainsi qu’une église-couvent datant de 1443. Plusieurs bateaux de croisière relient aussi Turku à la capitale suédoise. La liaison Turku-Stockholm prend de 25 à 35 heures, selon le parcours choisi, et passe par les célèbres îles d’Åland. 

Quand partir à Turku ?

La météo à Turku est la plus agréable en été, avec un thermomètre atteignant 20 °C en juillet. Les journées peuvent alors durer jusqu’à 19 heures, ce qui peut se révéler déstabilisant, mais assurément dépaysant. Si vous comptez remonter vers le nord du pays pour assister au spectacle des aurores boréales, il est préférable de visiter la Finlande entre novembre et avril. Mais les températures seront majoritairement négatives.