En  longeant  le  littoral  de  Saint-André,  au  nord-est  de  La  Réunion,  le  regard  est  forcément  happé  par  une  haute  construction  aux  couleurs  flamboyantes.  Trônant  au  milieu  d’un  terrain  gazonné,  le  temple  hindou  du  Colosse,  un  des  plus  grands  du  département,  constitue  un  témoignage  fort  de  la  culture  tamoule  de  l’île.  

Temple-du-Colosse,-réunion,-de-Saint-André

L’île  de  la  Réunion  se  présente  comme  une  mosaïque  d’ethnies  venues  de  différentes  régions  du  monde,  portées  par  les  méandres  de  l’Histoire.  Si  la  population  d’aujourd’hui  est  largement  métissée,  le  respect  des  cultures  et  des  religions  des  ancêtres  perdure.  Cela  est  notamment  le  cas  pour  les  «  Malbars  »,  Réunionnais  d’ascendance  indienne.  

Originaires  du  Tamil  Nadu,  dans  l’Inde  du  Sud,  les  Tamouls  sont  arrivés  sur  l’île  au  cours  du  XIXe  siècle,  alors  que  l’abolition  de  l’esclavage  s’annonçait.  Travailleurs  engagés,  ils  ont  remplacé  les  esclaves  dans  les  champs  de  canne  à  sucre  et  dans  les  usines  sucrières.  Vivant  à  proximité  de  celles-ci,  ils  étaient  autorisés  à  y  établir  des  lieux  de  culte  de  taille  modeste.  

Le  quartier  du  Colosse  possédait  une  usine.  De  celle-ci  ne  subsiste  aujourd’hui  qu’une  cheminée  solitaire.  Le  temple  tamoul  associé,  en  revanche,  a  considérablement  grandi.  La  petite  chapelle  originelle  datant  de  1900  a  laissé  place  en  1991  à  une  structure  rectangulaire  plus  élaborée,  avec  des  bâtiments  annexes.  

Un  temple  dédié  à  la  déesse  Pandialé  

Temple-du-Colosse-2

Sa  façade  est  dotée  d’une  beauté  impressionnante.  Une  tour  pyramidale  s’élevant  au-dessus  de  l’entrée  principale  du  bâtiment  s’orne  d’une  multitude  de  statues  figurant  des  divinités  du  panthéon  hindou.  Chacune  a  fait  l’objet  d’une  réalisation  minutieuse.  On  reste  ébahi  face  à  l’intensité  du  regard  de  ces  êtres  de  pierre.  Autour  d’eux,  on  contemple  des  animaux,  des  piliers,  des  arches,  tandis  que  des  motifs  indiens  aux  nuances  vives  complètent  l’ensemble.  

Ce  temple  tamoul  est  dédié  à  la  déesse  Pandialé.  Les  fidèles  l’honorent  tout  au  long  de  l’année,  mais  avec  plus  de  ferveur  encore  le  1er  janvier.  Lors  d’une  cérémonie,  des  pénitents  marchent  sur  des  braises.  Cette  «  marche  sur  le  feu  »  est  ouverte  à  tous,  croyants  comme  non-croyants.  Elle  donne  l’occasion  d’apercevoir  l’intérieur  du  sanctuaire.  Car  le  reste  du  temps,  seul  l’extérieur  se  visite.

Le  temple  du  Colosse  est  loin  d’être  l’unique  site  de  ce  type  sur  l’île.  À  Bois-Rouge  ou  au  centre-ville  de  Saint-André,  à  Saint-Louis,  Saint-Leu,  Saint-Paul,  Villèle  ou  ailleurs,  d’autres  lieux  de  culte  hindous  sont  autant  d’endroits  qui  font  vivre  la  culture  tamoule  sur  l’île.