Back to top

Quel est le point commun entre Goethe, Oscar Wilde, Alexandre Dumas, Marlène Dietrich, Cary Grant ou Elizabeth Taylor ? Tous ont succombé au charme authentique de Taormina, cité perchée sur les hauteurs de la Sicile, proposant probablement les plus beaux panoramas sur la mer Ionienne. 

1988. Dans le film culte Le grand bleu, Jean Reno, Jean-Marc Barr et Rosanna Arquette savourent un plat de spaghetti del mare dans un restaurant sicilien. Le cadre est hypnotique : en toile de fond de cette trattoria perchée à flanc de falaise se déroulent les flots azur de la mer Ionienne venant caresser un littoral cendré accidenté. Trente ans après sa sortie dans les salles obscures, le long métrage de Luc Besson continue de fasciner… Tout comme les ruelles escarpées de Taormina, bijou authentique juché sur les rochers du Monte Torro, belvédère privilégié pour admirer les plus beaux panoramas de l’est de la Sicile. 

Taormina, un centre-ville propice à la dolce vità

Taormina,-un-centre-ville-propice-à-la-dolce-vità

Depuis Catane, la route ondule le long du littoral sicilien, entre la houle placide de la mer Ionienne et les reliefs de caractère du mont Etna, côtoyant les nuages. Après une dernière escale sur les célèbres plages de Naxos, il est temps de prendre de la hauteur… À 200 mètres d’altitude, non accessible aux voitures et autres véhicules motorisés, le centre-ville de Taormina se prête volontiers à la dolce vità.
 
Dès l’arrivée, le Corso Umberto appelle à la flânerie. Au cœur de cette artère principale longée de bâtisses colorées, l’heure est à la dégustation d’une glace à l’italienne ou d’un ristretto avant une escapade dans l’une des échoppes traditionnelles.
 
Le Corso Umberto débouche sur la Piazza del Duomo et sa cathédrale du XIIIe siècle. Dédiée à Saint Nicolas de Bari, la forteresse aux remparts médiévaux et au portail Renaissance côtoie une fontaine baroque propice aux pauses romantiques. 

En soirée, le nombre de trattorias donne le vertige : Ristorante Baronessa surplombant la baie, la Napoletana et ses pizzas authentiques, la convivialité du Ristorante Il Cyclope… Le large choix de restaurants donne envie de passer une nuit supplémentaire au cœur de ce cadre idyllique, dans l’un des hôtels de Taormina.  

Une déesse sicilienne aux panoramas uniques 

une-deesse-sicilienne-aux-panoramas-uniques

Aux prémices du Corso Umberto, le Palazzo Corvaja, mêlant styles arabe, gothique et normand, relate le passé mouvementé de ce bijou sicilien. Telle une déesse grecque, fondée en 403 av. J.-C., Taormina a été successivement la muse de Syracuse, des Romains et des Normands puis des Espagnols avant de devenir un endroit prisé des touristes. 

L’un de ces témoins du passé demeure le théâtre Greco, datant du IIIe siècle av. J.-C., à quelques pas du centre-ville. Agrandi par les Romains pour en faire un lieu de divertissement grandiose, le site est aujourd’hui un belvédère unique pour embrasser du regard le panache de fumée blanche de l’Etna et la baie de Naxos. 

La météo clémente de Taormina permet également d’apprécier des panoramas inédits sur les environs. L’immense terrasse de la Piazza IX Aprile surplombant la baie est prisée pour ses couchers du soleil hypnotiques. Le Jardin public de la Villa Cumunale et sa vue sur la mer Ionienne sont propices à un pique-nique à l’ombre des platanes et palmiers. 

Cependant, la Chiesa Madonna Della Rocca demeure sans conteste le site le plus prestigieux. Un escalier de 300 marches vous conduit sur les hauteurs de Taormina, ouvrant sur une vue panoramique sur le théâtre et la ville. 

Pour trois euros, le funiculaire vous entraine en quelques minutes en contrebas, sur les plages de Mazzaro ou sur les côtes idylliques d’Isola Bella. Une manière de prolonger ce petit goût de dolce vità sur les plus beaux rivages de Sicile.