Back to top

Monument incontournable de la République tchèque, le pont Charles de Prague traverse élégamment la Vltava. De son tablier, il offre un panorama romantique sur les quartiers historiques de la ville. Orné de 30 statues, l’ouvrage d’art possède la réputation de porter bonheur. À condition toutefois de poser les mains au bon endroit.

Le destin tragique de Jean Népomucène

pont-charles-prague

Des milliers de personnes déambulent chaque jour sur ce trait d’union de pierre entre Mala Strana, au pied du château de Prague, et la Vieille Ville. Beaucoup s’arrêtent sur cet axe piétonnier à hauteur d’une statue représentant Saint-Jean-Népomucène. La croyance populaire soutient que toucher des personnages du bas-relief de bronze à ses pieds serait source de bonheur. La légende s’avère si vivace que le métal à cet endroit affiche un aspect poli à force d’avoir été caressé. En revanche, peu de voyageurs connaissent l’histoire de cet homme.

Ce prêtre catholique du XIVe siècle écoutait en confession la reine Jeanne. Son époux, Venceslas IV, aurait exigé que l’homme d’Église révèle les confidences de la souveraine. Devant son refus, le roi ordonne que Jean Népomucène soit précipité du haut du pont dans la Vltava, un soir de 1393. 

Canonisé au XVIIIe siècle, le saint symbolise loyauté, sincérité et véracité. Après sa mort, il reste populaire auprès des Tchèques qui le prient pour obtenir ses grâces. Sa statue installée en 1683 draine de nombreux fidèles qui embrassent le bas-relief en signe de remerciement. La réputation de porte-bonheur du pont Charles de Prague devient grandissante, renforcée par un autre élément.

À l’endroit exact où les soldats du roi ont exécuté le prêtre, figure une croix archiépiscopale. Des étoiles ornent les extrémités de chaque branche. Il se dit que si l’ensemble des doigts d’une main posée sur cette croix parvient à toucher toutes les étoiles, cela porte chance. 

Le bonheur de découvrir un ouvrage d’art grandiose

le-bonheur-de-decouvrir-un-ouvrage-d-art-grandiose

Au-delà de ces croyances, arpenter simplement le pont Charles à Prague emplit de bonheur les amateurs d’histoire et d’architecture. L’ouvrage s’apparente à une galerie d’art à ciel ouvert. Après l’installation de l’effigie de Saint Népomucène, 29 autres sculptures ont suivi. Chacune surmonte une pile du pont. Façonnées principalement entre les XVIIe et XVIIIe siècles, les statues du pont Charles de Prague s’accordent toutes au style baroque de cette époque et s’inspirent toutes de saints et figures de la chrétienté.

Les circonstances entourant la construction de cet ouvrage sont aussi remarquables. Lorsqu’il entre en service en 1380, la capitale du royaume de Bohême est en pleine expansion. 23 ans plus tôt, le roi Charles IV — dont le nom est donné au pont au XIXe siècle — décide de sa construction. Souverain visionnaire, il s’aperçoit que les quartiers historiques de part et d’autre de la rivière manquent de cohésion et d’une voie de communication. Une crue trop importante en 1342 a emporté le pont Judith, ouvrage d’art qui précédait le pont Charles.  

Peter Parler, concepteur de la nouvelle ville de Prague, prend la suite d’un autre maitre-architecte et entreprend de construire un pont résistant aux caprices de la rivière. Il choisit d’opposer légèrement son axe au courant. Il décide aussi de conserver des éléments du pont Judith et notamment une de ses tours. Elle marque l’entrée de l’édifice du côté de Mala Strana. En face se dresse une tour gothique ornée de plusieurs statues dont celle de Charles IV réalisé par Peter Parler.

Construit en grès, le pont Charles de Prague devient le quatrième pont de pierre du royaume de Bohème et reste pendant plus de 300 ans le seul à franchir la Vltava dans la capitale. Avec une longueur de presque 516 mètres pour 10 mètres de large, il apparait majestueux. Le soir ou au petit matin, lorsque peu de touristes s’y trouvent, vous aurez la chance d’apprécier pleinement toute sa beauté.