Au sud-ouest du Pacifique, la Nouvelle-Zélande déroule ses paysages époustouflants. À peine plus grand que le Royaume-Uni, peuplé de quelque 4,7 millions d’habitants, le pays possède deux îles principales. Très proches sur la carte de la Nouvelle-Zélande, l’île du Nord et celle du Sud affichent des différences marquées.

L’île du Nord, entre plages et volcans

L’île du Nord, entre plages et volcans

Une intense activité volcanique a modelé ses paysages. Autour de Rotorua, un géothermalisme crée des curiosités naturelles aux couleurs flamboyantes. Le mont Ruapehu, volcan et point culminant de l’île occupant les hauts plateaux du centre, sursaute régulièrement tout en laissant les skieurs dévaler ses pentes en hiver. L’île du Nord est aussi celle des grandes villes du pays. Auckland, pôle économique cosmopolite, est la plus peuplée. Wellington, capitale de la Nouvelle-Zélande, concentre ambassades et services gouvernementaux. Te Ika-a-Maui, nom maori de cette île, possède aussi de superbes plages, de sable blanc dans le Northland au climat doux ou dans le Coromandel, et de sable noir sur la côte ouest. 

L’île du Sud, place à une nature sauvage

ile-du-sud-place-a-une-nature-sauvage

Possédant moins de 25 % des habitants du pays, l’île du Sud offre un contraste saisissant. Du nord au sud de Te Wai Pounamu, son nom en maori, s’étirent les Alpes du Sud, chaîne montagneuse née de mouvements tectoniques puissants. On y trouve l’Aoraki (mont Cook), le plus haut sommet du pays culminant à 3 724 mètres. Ces montagnes définissent le climat de l’île. Humide à l’ouest, il donne naissance à de superbes forêts presque tropicales, couvrant une côte sauvage. Plus sec à l’est, il est propice au développement de vastes plaines agricoles. Terre de glaciers, de majestueux fjords aux eaux profondes, de randonnées et d’une faune endémique riche, l’île du Sud attire les amoureux de nature et d’activités de plein air. 

Entre l’île du Nord et l’île du Sud, le choix n’est pas évident. Toutes deux méritent d’être découvertes si vous en avez le temps !