Séparée de l’Italie par le détroit de Messine, la Sicile déroule des paysages de collines et de montagnes cernées par une mer cristalline. Territoire à la culture multimillénaire, la plus grande île de Méditerranée accueille aussi plusieurs volcans parmi les plus actifs d’Europe. De l’Etna au Stromboli, en passant par le Vulcano, ces montagnes de feu emblématiques font progresser la science.

L’Etna, le plus haut volcan d’Italie et d’Europe

l-etna-le-plus-haut-volcan-d-italie-et-d-europe

À une altitude de 3 300 mètres, l’Etna s’élève sur le littoral nord-est sicilien, à quelques encablures de la Méditerranée. Sa forme conique presque parfaite se détache avec majesté au-dessus de la plaine de Catane. Point culminant de l’île âgé d’au moins 500 000 ans, il a l’honneur d’être le plus haut volcan actif d’Europe. Depuis plus de 2 700 ans, il fascine les humains qui cataloguent ses moindres soubresauts. La richesse de cette documentation et la complexité du système sur lequel repose ce volcan en ont fait une référence auprès des scientifiques.

Stratovolcan effusif au volume imposant inscrit au patrimoine mondial de l’humanité, l’Etna produit des éruptions des laves qui s’écoulent le long de ses pentes. Ce volcan parmi les plus actifs d’Europe expose à son sommet plusieurs cavités qui laissent tour à tour s’échapper du magma en fusion. Il est possible de partir en randonnée à la découverte de ses cratères mineurs. En hiver, lorsqu’il est couvert de neige, il accueille sur ses pentes deux stations de ski. La ville côtière de Taormina, au nord du Parc régional de l’Etna, constitue l’un des meilleurs points de vue pour contempler le profil de ce géant.

Les montagnes de feu des îles éoliennes

Les autres volcans actifs se trouvent dans l’archipel des îles Éoliennes, territoire rattaché au littoral nord de la Sicile. Si chacune des sept îles principales s’appuie sur une histoire volcanique, seules deux abritent toujours des volcans actifs : les légendaires Vulcano et Stromboli. 

Le premier doit son nom à Vulcain, dieu romain du feu, et est aussi le plus proche du rivage sicilien. Calderas effondrées et pentes abruptes forment le paysage que découvrent les visiteurs qui l’explorent. Au milieu de ce territoire de 25 km², le cratère de La Fossa reste le siège de l’activité. Des fumerolles et une odeur de soufre s’élèvent en permanence de son centre et démontrent que ce géant n’est qu’endormi. Colérique, il provoque des éruptions projetant des bombes volcaniques accompagnées de fragments de lave solidifiés et des coulées de lave visqueuses. Autant de caractéristiques qui ont permis aux vulcanologues de définir les « éruptions vulcaniennes ». Le dernier réveil du Vulcano date de 1890. Considéré très irrégulier, il reste sous surveillance. 

À un peu plus de 40 kilomètres au nord-est de Vulcano s’élève un des volcans les plus célèbres du monde : le Stromboli. Fascinant, il est en éruption quasi continue depuis plus de 2 500 ans. Lançant des gerbes de matière incandescente, des bombes volcaniques et des éclats de lave, il forme très peu de coulées. Un phénomène connu sous le nom d’éruption strombolienne. Cette montagne ardente et conique fait le bonheur des vulcanologues et des touristes qui accostent sur l’île pour assister au plus près à un spectacle féérique. 

Pourquoi y a-t-il des volcans en Italie ? 

Si la Sicile est la région la plus active, les montagnes de feu sont aussi présentes sur la zone continentale. Le Vésuve ou les champs Phlégréens font partie des plus célèbres volcans d’Italie autour de Naples. La rencontre entre les plaques eurasienne et africaine au sud du pays est une des raisons avancées pour la concentration volcanique dans cette région. Certains vulcanologues n’excluent pas la présence d’un point chaud pour expliquer la formation des îles éoliennes.