Une balade en gondole sur les canaux de Venise, les combats de gladiateurs dans le Colisée de Rome ou peut-être la pizza napolitaine. Ce sont les premières idées qui nous viennent quand on pense à l’Italie. Un patrimoine culturel immense qui peut reléguer au second plan les trésors de la nature qu’offre le pays en forme de botte. Sur les 55 sites italiens inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO, 5 viennent du patrimoine naturel. Mise en lumière. 


L’archipel volcanique des Îles ֤Éoliennes

Volcan Stromboli

L’archipel des îles Éoliennes à une heure de bateau au nord de la Sicile est situé dans la mer Tyrrhénienne. Composé de 7 îles habitées : Lipari la « capitale », Alicudi, Filicudi, Panarea, Salina, Stromboli et Vulcano, toutes de nature volcanique. En effet, l’archipel est la partie émergée d’un arc volcanique sous-marin de 200 km. Quatre des sept îles possèdent encore une activité volcanique, le Stromboli étant un des volcans les plus actifs d’Europe. De nombreux vestiges archéologiques, notamment depuis la colonisation par les Grecs autour de 580 avant J-C, ont pu être conservés par la lave refroidie. Aujourd’hui, l’archipel offre encore un terrain d’étude fécond pour la volcanologie. Pour toutes ces richesses, les Îles Éoliennes sont inscrites depuis l’an 2000 au patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco.

 

L’Etna, le volcan sicilien

Volcan Etna

C’est le plus haut volcan actif d’Europe. L’Etna qui culmine à 3 300 mètres à l’Est de la Sicile est devenu célèbre pour son activité régulière depuis plus de 500 000 ans. Ses nombreuses éruptions venant de 4 grands cratères à la cime du volcan font de l’Etna un terrain privilégié pour l’étude de la vulcanologie et de la géologie. Sa formation viendrait notamment de la rencontre entre les plaques terrestres eurasienne et africaine. À son sommet, la vue est dégagée pour observer la baie de Taormine. Un environnement qui lui a donné sa place au sein du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2013. 

 

Les pics des Dolomites des Alpes italiennes

Pics des Dolomites

18 sommets de plus de 3 000 mètres. Voilà pourquoi la chaîne de montagnes des Dolomites est célèbre dans le monde entier. Mais c’est surtout sa géomorphologie avec ses nombreuses falaises abruptes de couleurs claires qui interpellent une fois sur place. Cette teinte blanchâtre est due à sa roche, la dolomie, qui peut prendre des tons rougeâtres quand le soleil l’illumine. Le site couvre 141 903 hectares et a été classé en 2009 au patrimoine mondial de l’UNESCO


Le Monte San Giorgio, le paradis des paléontologues

Le lac Lugano

Imaginez un lagon à l’eau turquoise comme l’on peut voir dans les Bahamas. C’était ce paysage qui était présent au sud de la Suisse dans le canton du Tessin, il y a 245 millions d’années lors de l’ère du Trias. C’est désormais une montagne de 1100 mètres d’altitude qui s’est dressée.  Pour son incroyable richesse fossilifère de la vie marine préhistorique, le mont a été classé en 2003 au patrimoine mondial de l’Unesco. Les deux pays frontaliers, l’Italie et la Suisse se partagent sa protection et les chercheurs y ont découvert plus de 20 000 fossiles, du reptile aux végétaux. 

 

Forêts primaires et anciennes de hêtres d’Italie

Forêts de hêtres en Italie

Les forêts de hêtres s’étendent sur 12 pays d’Europe notamment en Roumanie et en Ukraine où ils sont apparus. Une des richesses du hêtre est de pouvoir s’adapter à différentes conditions physiques et climatiques. On le retrouve ainsi dans les forêts primaires d’Umbra sur la côte adriatique d’Italie ou dans les Abruzzes à l’est de Rome.  Les forêts primaires jouent un rôle important dans la conservation d’une grande variété de faune et de flore car elles n’ont, par définition, jamais été détruites ou exploitées par l’homme. Elles sont inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2007.