Back to top

Sur l’île de Terre-Neuve, au large de la côte atlantique du Canada, le parc national du Gros-Morne dévoile ses paysages grandioses aux amateurs de randonnées. Entre vallées glaciaires, fjords et lacs d’une grande beauté, l’émotion est à son comble, encore accentuée par la quiétude des lieux. On a plus de chance de croiser un cervidé qu’un autre être humain sur les sentiers du parc ! Malgré son charme indéniable, il accueille moins de 200 000 visiteurs chaque année... Partez l’explorer, et profitez d’une excellente occasion de vous reconnecter avec la nature et avec vous-même.

 

Là où l’histoire et la géologie rencontrent la géographie

Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, le parc national du Gros-Morne constitue un exemple frappant de la tectonique des plaques. On peut y admirer le manteau terrestre exposé, ainsi qu’une partie du fond océanique de l’ancien océan Iapétus, refermé il y a 420 millions d’années. Sur le site des Tablelands, le voyageur ébahi découvre une coupe transversale de la croûte océanique,surmontée par une portion de croûte et de manteau terrestres.

Un terrain de rencontres pour les amoureux des animaux

Un-terrain-de-rencontres-pour-les-amoureux-des-animaux

Parmi les 14 espèces de mammifères qui se côtoient dans le parc national du Gros-Morne, citons l’ours noir, le renard roux, le lièvre arctique, l’hermine ou le vison, que l’on peut surprendre au détour des chemins. Les ornithologues dans l’âme pourront débusquer quelque 239 espèces d’oiseaux du bout de leurs jumelles, dont la sterne arctique, la paruline jaune et l’alouette hausse-col. Une variété exceptionnelle, donc, qui ajoute encore à la majesté de l’endroit.

 

Une photo à couper le souffle, au Western Brook Pond

Étang-de-Western-Brook-dans-le-Parc-National-du-Gros-Morne

Ne manquez sous aucun prétexte la randonnée qui mène au Western Brook Pond, sans doute l’un des paysages les plus spectaculaires du parc national du Gros-Morne. Après une montée sans difficulté notable, vous débouchez sur un plateau face à l’étang de Western Brook, entre des falaises culminant à 700 mètres de haut. Comment ne pas se sentir minuscule devant cet ancien fjord que l’érosion sculpte lentement ?

 

La tête dans les nuages, au sommet du Gros-Morne

une-photo-a-couper-le-souffle-au-western-brook-pond

Autre point de vue incroyable, le sommet du Gros-Morne, que l’on atteint au cours d’une randonnée de deux jours. Les forêts de sapins succèdent à des lacs dans lesquels se reflète la montagne du Gros-Morne. La première nuit se déroule dans un campement qui semble comme suspendu entre les falaises et révèle une vue ahurissante sur la vallée. Le lendemain, après une montée en pente douce, vous arrivez au point le plus haut. La brume qui se dissipe peu à peu laisse place à un paysage composé de falaises plissées, hérissées d’une végétation dense, creusées par un lac.

Un tour en kayak à l’étang Trout River

Immanquable lors d’un séjour dans le parc national du Gros-Morne, un tour en kayak sur l’étang Trout River offre des sensations fortes aux accros à l’adrénaline. Les vents sont puissants dans la région, mais cette boucle est néanmoins réputée être l’une des plus faciles du parc. Au fil de la promenade, vous découvrez sur la rive nord de la Trout River des vues saisissantes sur les belles Tablelands, et sur la rive sud, les rudes falaises et les forêts du plateau Gregory. Vous pouvez vous arrêter en plusieurs endroits pour mettre le pied à terre et vous imprégner de l’ambiance quelque peu mystique des lieux.  

phare-de-Lobster-Cove-Head

Pour votre dernière soirée dans le parc national du Gros-Morne, rendez vous au phare de Lobster Cove Head, depuis lequel contempler un coucher de soleil majestueux, avec le bruit du déferlement des vagues en fond sonore.