Back to top

La beauté de certaines créations humaines, comme le palais du Potala à Lhassa, laisse sans voix. Cet édifice imposant couronne la Colline Rouge au cœur de la capitale du Tibet, région autonome appartenant à la Chine. Potala incarne le centre majeur du bouddhisme et l’un des monuments les plus remarquables au monde. 

Le symbole du Tibet

symbole-du-tibet

Niché à 3700 mètres d’altitude, le palais du Potala est le plus haut palais du monde. C’est aussi le plus vaste et le mieux conservé des châteaux antiques. La construction initiale commence au VIIe siècle, lorsque le roi Songtsen Gampo décide d’offrir une demeure démesurée à sa jeune épouse. Au XVIIe siècle, le Ve dalaï-lama ordonne l’édification du complexe sous sa forme actuelle. Il fait office de palais d’hiver des dalaï-lamas successifs. En été, ces derniers établissent leur résidence dans le palais de Norbulingka, dans la vallée de Lhassa. 

Malgré l’exil du XIVe dalaï-lama à Dharamsala en Inde en 1959, le site constitue toujours un haut-lieu du bouddhisme et de la culture tibétaine. L’UNESCO a d’ailleurs classé l’ensemble historique du Palais du Potala à Lhassa au patrimoine mondial de l’humanité en 1994. Il se compose de deux parties : le Palais Rouge, qui a une fonction religieuse, et le Palais Blanc, dédié à la gestion administrative. De fait, avant l’occupation des Chinois, il abritait les quartiers résidentiels des moines, le gouvernement et l’organisation centrale du Tibet.

Le palais du Potala est aujourd’hui un musée qui renferme des trésors incomparables. Ce complexe de plus de 1000 pièces s’étend sur 130 000 m², sans compter les murs d’enceinte, le somptueux jardin et le lac. Il attire toujours des milliers de pèlerins bouddhistes qui viennent pratiquer la Kora, la circumambulation expiatoire sur certains lieux sacrés comme celui du mont Kailash. 

Au cœur de Lhassa, « la terre des dieux », la majestueuse forteresse blanche et rouge se détache sur fond de décor montagneux. Elle s’intègre à merveille dans le paysage et semble prolonger la colline sur laquelle elle est édifiée. Ne manquez pas d’apprécier ce joyau architectural de nuit, lorsqu’il est illuminé.

Visiter le palais du Potala

Le palais du Potala est une attraction emblématique du Tibet et un incontournable de votre séjour à Lhassa. Pour protéger les lieux, le nombre de visiteurs quotidiens est limité à 2300, et la durée de la visite à une heure. Les touristes étrangers doivent s’adresser à une agence pour organiser cette activité et être accompagnés d’un guide. Vous devez présenter votre passeport à l’entrée. Sachez que la prise de photos et le port de la jupe sont interdits.

Après avoir gravi d’innombrables escaliers, vous pénétrez dans l’ancien siège du gouvernement tibétain. La décoration éblouit par sa richesse et son ornementation luxueuse. Le rouge carmin, le jaune d’or et le bleu intense s’accordent aux objets précieux en or, en argent, en corail et en pierres précieuses. Des fresques inestimables représentant des récits tirés des Écritures bouddhiques recouvrent les murs. Au total, le musée du palais possède 698 peintures murales, près de 10 000 rouleaux peints, une collection de sutras et des documents historiques importants. 

À l’intérieur du Palais Blanc, vous découvrez notamment la grande salle de cérémonie avec le trône du dalaï-lama, ses appartements privés, ainsi que la salle d’audience. Le Palais Rouge dévoile les stupas dorés qui conservent les reliques des précédents dalaï-lamas.

La période idéale pour visiter le palais du Potala s’étend entre mars et octobre. Votre voyage à Lhassa inclut volontiers l’exploration du monastère de Jokhang, du parc du Norbulingka, du Musée tibétain et du Barkhor pour une immersion complète dans le bouddhisme tibétain.