Back to top

Traversant six pays d’Asie et assurant la subsistance de plusieurs millions de personnes, le Mékong est surnommé « Neuf Dragons » en vietnamien, d’après le nombre de ses embouchures. Un détour par les marchés flottants de son delta permet de s’immerger au plus près du mode de vie des habitants et de mieux comprendre la relation particulière qu’ils entretiennent avec ce fleuve sacré.

Un voyage au gré des marchés flottants du Vietnam

mekong

Prenant sa source dans les montagnes de l’Himalaya et atteignant successivement la Chine, la Birmanie, la Thaïlande, le Laos et le Cambodge, le Mékong vient se jeter dans la mer de Chine au sud du Vietnam. Utilisé pour l’irrigation des cultures et des rizières, pour la pêche, la création d’électricité et le drainage des eaux usées, celui que l’on surnomme le « fleuve aux 9 dragons » rythme la vie de millions d’habitants de l’Asie du Sud-Est. En voyage dans cette région du monde, ne manquez pas de vous arrêter dans l’un des nombreux marchés flottants qui égayent le delta du Mékong.

Depuis Hô Chi Minh Ville, prenez le bus pour Cai Be, à environ 2 h 30 de route. Ce marché flottant du Vietnam est ouvert tous les jours. Montez à bord d’un sampan, embarcation traditionnelle du pays, pour une escapade regorgeant de couleurs, de saveurs et d’odeurs. Au coude à coude, les petits bateaux vous proposent tantôt des fleurs, tantôt des fruits exotiques, tantôt des poissons fraîchement pêchés, dans une ambiance joviale et bon enfant.

Autre immanquable du fleuve Mékong, le marché de Cai Rang, sans doute l’un des plus animés et des plus beaux du delta. Depuis Saïgon, il faut compter deux jours pour en profiter pleinement, en dormant sur place dans un home stay ou un établissement plus luxueux. Tôt le matin, les bateaux affluent par milliers depuis Can Tho, la capitale du delta, pour s’échanger les meilleurs produits du pays. Sortez votre appareil photo, la variété des étals flottants remplis de fruits et de légumes qui percent la brume dans la lumière poudrée du matin est un régal pour les yeux… Pour satisfaire aussi vos papilles, laissez-vous tenter par une mangue bien mûre, de l’eau de coco fraîche, des goyaves tout juste prises sur l’arbre ou un durian. Ce fruit très odorant est prisé des Asiatiques, un peu moins des voyageurs occidentaux, quelque peu rebutés par ses effluves corsés.

Que faire d’autre sur le delta du Mékong ?

En vous rendant au Vietnam entre août et novembre, au moment où le Mékong est en crue, vous avez la chance de contempler les paysages époustouflants qui se dessinent une fois le riz et les plantes cueillis.

À 150 kilomètres de Hô Chi Minh Ville, faites une halte dans la province de Dong Thap, qui abrite l’une des merveilles du delta du Mékong : des champs de lotus. Outre les fleurs roses qui s’épanouissent, une multitude d’espèces d’oiseaux attirées par le nectar des fleurs de nénuphars sont à admirer. Ne laissez pas passer l’occasion de goûter à quelques spécialités gastronomiques typiques, comme le riz aux feuilles de lotus.

En cette saison, le lac de Bung Binh Thien est un autre incontournable. Sur le plus grand lac d’eau douce du delta du Mékong, voguez à bord d’un bateau en compagnie de pêcheurs locaux. Sillonnez quelques-uns des 300 hectares de superficie de ce plan d’eau dont le nom signifie « offert par dieu » et, le temps d’une pause relaxante sur des flots émeraude, essayez-vous à la pêche à la carpe. 

Profitez de votre présence autour du lac pour aller à la rencontre des Cham, l’une des rares communautés islamiques du pays, qui s’est installée ici il y a plus d’un siècle.