Back to top

Bâti au tournant du XIXe siècle, le Schloss Neuschwanstein est le château le plus célèbre d’Allemagne. Imaginé par et pour Louis II, Roi de Bavière, ce palais aux allures médiévales devait à l’origine offrir un lieu de retraite totalement isolé du monde à son concepteur. De nos jours, il reçoit plus d’un million de visiteurs chaque année.

Un château de conte de fées au cœur du Tyrol

Un-château-de-conte-de-fées-au-cœur-du-Tyrol

Perché sur un éperon rocheux, près de la gorge du Pöllat, dans la chaîne du Tyrol, le château de Neuschwanstein fait face au sommet du Säuling. Construit sur les ruines du château de Hohenschwangau, il domine le paysage depuis la « Jugend », à plus de 200 mètres d’altitude.

Érigé à la fin du XIXe siècle sous l’impulsion du Roi Ludwig II de Bavière, il rappelle le château de Pierrefonds (Hauts-de-France), de style néo-gothique, et le château de la Wartburg (Thuringe), de style médiéval. 

Source d’inspiration de nombreux auteurs et artistes de tous horizons, Neuschwanstein est intimement associé à l’image de Disney, puisqu’il a servi de modèle au château de la Belle au bois dormant, puis à celui de Cendrillon. Il tient lieu aujourd’hui de logo à la firme internationale.

Un château moderne aux allures médiévales 

un-chateau-moderne-aux-allures-medievales

La première pierre est posée le 5 septembre 1869, après un an de travaux titanesques, au cours desquels près de 8 mètres de roches sont déblayés et une nouvelle route d’accès est construite. Selon la tradition, la première pierre contient le plan du château, le portrait du maître d’œuvre et des pièces de monnaie d’époque. Malgré le recours à des moyens et des matériaux modernes, sa construction n’est pas achevée avant 1892.

Derrière ses murs néo-gothiques, le château de Neuschwanstein abrite 200 pièces, dont quinze sont ouvertes à la visite. Considéré comme un joyau de l’architecture éclectique de l’époque romantique, cet édifice de 6 000 m2 recèle de détails empruntés aux styles roman tardif et néo-byzantin.

Le château du nouveau cygne inspiré de l’œuvre de Wagner

Le château du nouveau cygne inspiré de l’œuvre de Wagner

Lieu de retraite et monde imaginaire, Neuschwanstein s’inspire des opéras de Richard Wagner et des légendes germaniques du Moyen-Âge. Trois figures emblématiques y occupent une place prédominante : le poète Tannhäuser, le chevalier Lohengrin et son père Parsifal. En parcourant les appartements royaux ou la cuisine monumentale, on ne peut s’empêcher d’admirer l’utilisation de techniques de pointe, rendant pour l’époque le palais extrêmement confortable et innovant. Chauffé par un système central à air chaud, doté d’eau courante chaude et froide, il est équipé dès l’origine d’un réseau téléphonique et d’interphones électriques.

Préférant séjourner dans son château de Neuschwanstein qu’à la cour de Munich, Ludwig II y fait bâtir son Hoftheater (théâtre de la cour), où il est le seul spectateur des opéras du compositeur Richard Wagner, dont il est le mécène.

Ludwig II, un roi romantique et solitaire épris de légendes

Ludwig-II,-un-roi-romantique-et-solitaire-épris-de-légendes

Né le 25 août 1845 au château de Nymphenburg, à Munich, Ludwig II est mort le 13 juin 1886 mystérieusement noyé dans le Lac de Starnberg, près duquel le gouvernement l’a exilé. Couronné roi à l’âge de 18 ans, Louis II délaisse la politique pour se consacrer à ses deux passions : l’art et l’architecture. Fasciné par les légendes médiévales, ce souverain bâtisseur s’identifie à Lohengrin, le chevalier au cygne, ou Parsifal, le roi du Graal, auxquels il dédie quelques-uns de ses châteaux. Entre autres monuments, le « roi de contes de fées » a légué à la postérité le château de Linderhof (construit de 1869 à 1879) et le château de Herrenchiemsee (commencé en 1878 et jamais achevé).