Situé dans la cordillère des Andes, le lac Titicaca s’étend sur plus de 8 000 kilomètres carrés, à cheval sur la frontière qui court entre le Pérou et la Bolivie. Berceau des Incas, ce lieu est sacré pour de nombreux peuples andins. Ses eaux tranquilles, d’un bleu profond, ont de tout temps inspiré légendes et croyances. Ce lac mythique enchante les visiteurs tant par la beauté de son cadre naturel que par son atmosphère chargée d’histoire.

Des paysages extraordinaires

des-paysages-extraordinaires

Perché à 3 800 mètres d’altitude, le lac Titicaca constitue le plus haut lac navigable du monde, mais aussi le deuxième plus grand lac d’Amérique du Sud. Les quelque 25 rivières qui s’y jettent l’approvisionnent en eau douce provenant du ruissellement pluvial et de la fonte des neiges. Les excédents sont déversés dans le lac Poopó et le lac Uru Uru par l'intermédiaire de la rivière Desaguadero. En 1978, la réserve du lac Titicaca a été créée afin de protéger la flore et la faune locales, et la beauté des paysages.

Lorsque vous vous trouvez sur l’une des îles qui parsèment le lac, vous avez l’impression de pouvoir caresser le ciel. Étalées à perte de vue, les eaux silencieuses sont surplombées au loin par les montagnes enneigées de la cordillère Royale. La nuit, la voûte céleste dévoile des millions d’étoiles qui brillent de toutes leurs forces. La pureté de ce décor naturel dégage une certaine majesté. Un spectacle envoûtant à admirer pendant des heures, sans jamais cesser de s'émerveiller.

Les pumas de pierre

02-les-pumas-de-pierre

Haut lieu culturel et historique, le lac a suscité l’imaginaire des multiples civilisations qui ont habité ses rivages et ses îles pendant les millénaires passés.

Parmi les légendes du lac Titicaca figure celle des pumas de pierre, qui explique la genèse de cette im-mense étendue d’eau. Jadis, un peuple heureux et paisible vivait dans une vallée fertile. Sa liberté n’avait qu’une seule limite, imposée par les dieux de la montagne, les Apus : ne jamais gravir le sommet où brûlait le feu sacré. Tentés par le Diable, ces hommes finirent par transgresser l’interdiction. En guise de punition, les dieux en colère lâchèrent des hordes de pumas qui dévorèrent tout le peuple. Vénéré par ces personnes disparues, le dieu du soleil, Inti, pleura sans cesse pendant 40 jours et 40 nuits. Ses innombrables larmes inondèrent la vallée et donnèrent naissance à un grand lac. Un seul couple survécut au massacre, se réfugiant dans une barque. Lorsque le soleil se mit à briller à nouveau, ils virent que tous les pumas, transformés en pierre, flottaient sur l’eau.

L’étymologie du lac Titicaca découlerait de ce récit, puisque son nom signifierait « puma en pierre » en langue aymara. Encore aujourd’hui, une tête de puma tressée orne la proue des bateaux traditionnels en roseau des Indiens Aymaras qui peuplent le lac.

La mythologie inca

03-la-mythologie-inca

Le lac Titicaca occupe également une place essentielle dans la mythologie inca, puisqu’il symbolise la matrice d'où serait sorti le monde. Le dieu Viracocha aurait surgi des profondeurs de ce lac et aurait créé le soleil (Inti), la lune (Quilla) et les étoiles pour éclairer les ténèbres. Il aurait ensuite conçu les humains en soufflant sur des pierres et les aurait divisés en plusieurs groupes. C’est ainsi que seraient nées toutes les civilisations des Andes.

Plus tard, les enfants du Dieu Soleil Inti seraient sortis de l’écume du lac Titicaca. Parmi eux, Manco Cápac est considéré comme le premier souverain légendaire des Incas et le fondateur de Cuzco. On raconte aussi qu’une partie du trésor des Incas gît au fond du lac. En 1532, le conquistador espagnol Francisco Pizarro capture l’empereur inca Atahualpa et exige une rançon colossale pour le libérer. L’or afflue des quatre coins  de l’empire, mais l’empereur est finalement exécuté. Les lieutenants incas acheminant la dernière fractionde la rançon par bateau sur le lac décident alors de la jeter par-dessus bord.

Les îles du lac Titicaca

04-les-iles-du-lac-titicaca

Le lac Titicaca est une mer intérieure ornée de 41 îles aux traditions ancestrales, habitées par des Quechuas et des Aymaras. Du côté bolivien, Isla del Sol et Isla de la Luna figurent parmi les incontournables. Vous pouvez y accéder par bateau au départ de la ville riveraine de Copacabana. Amantaní, Taquile, Soto et Ana-pia représentent les îles les plus importantes du lac Titicaca au Pérou, à découvrir depuis la ville de Puno.

Fait étonnant et unique au monde, plusieurs îles artificielles et mobiles flottent sur les eaux. Peuplées à l’origine par les Indiens Uros, elles relèvent de nos jours plus de l’attraction folklorique pour touristes. Si vous souhaitez sortir des circuits des tour-opérateurs, évadez-vous sur la péninsule de Capachica et vivez une expérience authentique loin du tourisme de masse du lac Titicaca.

Les sites historiques de Titicaca

05-les-sites-historiques-de-titicaca

Le lac regorge de vestiges de civilisations précolombiennes, pour le plus grand bonheur des amateurs d’histoire. Du côté bolivien, c’est Isla del Sol, au cœur de la mythologie inca, qui possède le patrimoine le plus riche. Au nord de l’île se dresse la Roca Sagrada (roche sacrée), d’où serait parti Manco Cápac. Parmi les dizaines de ruines, vous pouvez notamment parcourir les 500 marches des escaliers de Yumani, qui mènent à la source des Incas, à laquelle on prête des vertus d’éternelle jeunesse, au palais Pilkokaina et au temple de Chinkana.

Sur Isla de la Luna, le temple des Vierges vaut le détour. C’est là que de belles jeunes filles apprenaient les arts et l’artisanat pour servir le dieu Wiracocha. Les alentours de Copacabana abritent également des lieux historiques, comme la Horca del Inca, qui était employée comme un observatoire astronomique, le champ de monolithes de l’Intikala et Kusijata, une ancienne hacienda. À une quinzaine de kilomètres du lac se trouve Tiwanaku, un site pré-inca exceptionnel inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Du côté péruvien, l’île d’Amantaní est réputée pour ses sanctuaires dédiés à la Pachamama et au Pachatata, quelques vestiges préhispaniques, des centres cérémoniels et un cimetière de momies. Situé à environ 35 kilomètres de Puno, le complexe archéologique de Sillustani est un site de tombes pré-incas avec des tours funéraires qui atteignent les 12 mètres.

La meilleure période pour explorer cette région légendaire est entre avril et juin, lorsque la météo du lac Titicaca est la plus clémente.