Back to top

La ville qui répond au doux nom de La Serena est nichée sur la côte Pacifique du Chili. Avec ses 10 kilomètres de plages, c’est une destination privilégiée tant pour les locaux que pour les étrangers. Derrière ses airs de station balnéaire en vogue, La Serena cache un passé tumultueux et un riche patrimoine architectural.

Les origines de La Serena au Chili

La Serena se trouve à 470 km de la capitale Santiago. Les deux villes chiliennes sont reliées par la mythique route panaméricaine. La région est délimitée par le désert d’Atacama au nord, la frontière avec l’Argentine à l’est, la région de Valparaiso au sud et l’océan Pacifique à l’ouest. 

À l’origine, cette contrée est habitée par des Indiens connus sous le nom de « Diaguitas ». Comme d’innombrables villes d’Amérique latine, celle-ci est créée de toute pièce par les conquistadors. C’est le capitaine Juan Bohón qui s’y installe en premier en 1544, sous les ordres de Pedro de Valdivia. Le lieu est baptisé Villanueva de la Serena, d’après une ville en Espagne. L’objectif est de constituer une cité qui fera office d’étape entre Santiago, fondée en 1541, et le Royaume du Pérou.

À peine cinq ans plus tard, La Serena est entièrement détruite et les colons espagnols tués lors d’un soulèvement des tribus indigènes. Pedro de Valdivia commande sa reconstruction au capitaine Francisco de Aguirre. Le 26 août 1549, la cité est fondée de nouveau, cette fois-ci sous le nom de San Bartolomé de La Serena. Il s’agit de la deuxième plus ancienne ville dans l’histoire du Chili. 

Très vite, des gisements de minerais sont découverts dans les sous-sols. Leur extraction enrichit la région et attise la convoitise des pirates. La Serena subit d’ailleurs plusieurs attaques au cours des XVIIe et XVIIIe siècles.  

Une architecture coloniale unique

une-architecture-coloniale-unique

La Serena peut se vanter d’avoir su conserver son architecture coloniale dans un excellent état, malgré les vicissitudes du temps. C’est ce qui la distingue des autres villes du pays. Le centre historique est d’une beauté harmonieuse. Après chaque tremblement de terre, les édifices sont toujours reconstruits dans un style néocolonial. 

La vie tourne autour de la vaste Plaza de Armas, le cœur de La Serena. Ce site accueille des activités culturelles, des marchés et diverses animations nocturnes en été. Vous pourrez flâner aux abords de la grande fontaine sculptée par l’artiste Samuel Román, à l’ombre de palmiers chiliens, de jacarandas ou de couronnes de l’Inca. Admirez les bâtiments élégants qui l’entourent : l’Intendance de la Région de Coquimbo, la mairie, le palais de justice, la cathédrale et le musée Gabriel Gonzalez Videla.

Saviez-vous que La Serena est surnommée « la Ville des Clochers » ? Un titre bien mérité puisqu’elle abrite 29 églises. Parmi elles, celle de San Francisco et le couvent de San Agustin datent de presque 500 ans. Dans un autre genre, le Cerro de Santa Lucia est un fort militaire blanc et rouge construit en 1900. Perché sur les hauteurs, il offre une vue panoramique sur la ville et l’océan. Vous pourrez vous promener librement dans ses jardins.

Le marché municipal de La Recova est un autre édifice symbolique de la ville. Vous pourrez y acheter des produits artisanaux, dont des objets ornés de lapis-lazuli. À l’étage, divers restaurants proposent des spécialités culinaires traditionnelles dans une atmosphère authentique.

Achevez votre escapade à La Serena en longeant une portion de la longue Avenida del Mar qui s’étend entre le phare monumental et la commune voisine de Coquimbo. La ville est un excellent point de chute pour explorer la région, qui compte certaines des plus belles plages du Chili. Ne manquez pas enfin de partir en excursion dans la Valle del Elqui et au parque nacional Fray Jorge, véritables merveilles des environs.