Trait d’union entre les quartiers anciens et la ville nouvelle, la place Jemaa el-Fna de Marrakech est l’un des principaux espaces culturels de la Médina où se côtoient cafés, restaurants, échoppes, charmeurs de serpents, diseurs de bonne aventure, conteurs et musiciens. Point d’entrée d’un des plus grands souks du Maroc, cette immense esplanade au pied de la Koutoubia constitue un des sites incontournables de la ville ocre. Cap sur Marrakech et sa célèbre place Jemaa el-Fna !

La place Jemaa el-Fna de Marrakech : chef-d’œuvre du patrimoine UNESCO

Point de jonction entre quartiers modernes et Kasbah, la place Jemaa el-Fna de Marrakech s’étend au pied du minaret de l’emblématique mosquée de la Koutoubia. Postée au sud-ouest de la Médina, cette esplanade en constante ébullition constitue un passage obligé avant de se rendre dans le souk le plus célèbre du Maroc. Plus d’un million de visiteurs s’y pressent chaque année. Reconnu pour sa concentration exceptionnelle de coutumes populaires s’exprimant à travers toutes sortes de manifestations artistiques, ce symbole de la ville ocre est inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO depuis 2001. 

Cette inscription vise à protéger les traditions culturelles majoritairement orales et les artistes qui la font vivre, au premier rang desquels viennent : les musiciens berbères (imazighen) et les joueurs de « sentir », les danseurs gnaouas, les jongleurs et les acrobates, les conteurs et les poètes, les charmeurs de serpents et les dresseurs de singes, les diseuses de bonne aventure et les tatoueuses au henné (naqachat), les herboristes et les écrivains publics, les arracheurs de dents et les porteurs d’eau.

Place Jemaa el-Fna : serpents, danses et contes… le jour

place-jemaa-el-fna-serpents-danses-et-contes-le-jour

Au cœur de la Médina de Marrakech, la place Jemaa el-Fna est conçue sur un plan en L. Divisée en deux espaces distincts, elle englobe la « Jamaa el-Fna kabira » ou grande Jemaa el-Fna et la « Jamaa el-Fna essaghira » ou petite Jemaa el-Fna. Sur ces deux parties de l’esplanade, les visiteurs peuvent assister à des spectacles mettant à l’honneur l’art de la « halqa ». Ce mot signifie anneau, cercle au centre duquel se produisent :

-    des formations de musique gnaoua mêlant chants et danses d’origine soudanaise proche de la transe. L’occasion de découvrir des instruments de musique rares comme « qraqeb » (sorte de castagnettes métalliques) ou le « sentir », appelé également « guembri » ou « hajhouj » (proche du luth) ;
-    des troupes de comédiens, conteurs, humoristes, acrobates, cracheurs de feu ;
-    des dresseurs d’animaux, charmeurs de serpents, montreurs de singes ;
-    des médecins traditionnels, herboristes, guérisseurs, arracheurs de dents ;
-    des « naqachat » (tatoueuses au henné) se déplaçant sur l’esplanade pour venir au contact des badauds ;
-    des voyantes, reconnaissables au parapluie noir posé ouvert devant elles ;
-    des « guerrabs » ou porteurs d’eau, habillés de rouge et coiffés d’un chapeau frangé multicolore. Ils se signalent en faisant retentir la cloche qu’ils affichent à la ceinture.

La place Jemaa el-Fna : restaurants et street food, le soir

La place Jemaa el-Fna : restaurants et street food, le soir

Déclarée chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité par l’UNESCO, la place Jemaa el-Fna se transforme le soir en un gigantesque rendez-vous gourmand à ciel ouvert. Dès la tombée de la nuit, l’esplanade est investie par un tout autre genre d’artistes. Cuisiniers et serveurs sont désormais au centre de toutes les attentions. L’espace se couvre de longues tables et de bancs éphémères, où l’on vient s’asseoir pour déguster des plats traditionnels alternant harira, coucous, tajines, escargots, grillades, brochettes, salades et pâtisseries orientales. 

Pour ceux que l’hyper effervescence intimide, pourquoi ne pas profiter du spectacle de la rue depuis les terrasses en hauteur installées au bord de la place Jemaa el-Fna ? En fin d’après-midi, c’est d’ici que l’on admire les plus jolis couchers de soleil sur Marrakech.