Au cœur de l’île de Honshu, dans la région du Kansai, se love la ville historique de Kyoto. Très appréciée pour ses traditions vivaces, elle abriterait plus de 1 000 temples entre ses murs et dans ses environs. Tour d’horizon des plus beaux édifices, consacrés à la famille impériale ou à la religion.

Les temples impériaux de Kyoto

Prenons d’abord la route pour nous rendre au sud de la ville, à la découverte du temple Heian.

temple-Heian

Au Japon, les empereurs étaient considérés comme des dieux vivants jusqu’au commencement de la Seconde Guerre mondiale et, encore aujourd’hui, les Japonais leur vouent une admiration particulière. Nombre de temples et de palais témoignent du rôle prépondérant de la famille impériale dans le pays, à l’instar de ce temple, érigé en hommage à l’ère Heian. L’inauguration s’est tenue à l’occasion du 1 100e anniversaire de la fondation de Kyoto, le 15 mars 1895. Chaque année, le temple accueille le festival historique de la ville, l’occasion de participer à un évènement d’importance aux côtés des locaux. Sinon, on peut le visiter toute l’année et admirer son torii (portail), l’un des plus grands du Japon, et son jardin intérieur émaillé d’étangs paysagers.

Autre marque du pouvoir à Kyoto, l’admirable temple doré (Kinkaku-ji). 

Construit en 1397 par le shogun Ashikaga Yoshimitsu, il est devenu le symbole de la ville. À l’origine, il servait de résidence privée au général en chef des armées, qui se voit attribuer le titre d’empereur retiré à sa mort. Son fils héritier décida de le transformer en temple zen. Un moine fou y mit le feu et sa construction actuelle date donc de 1955. Après avoir reçu un ticket d’entrée calligraphié, il est temps de découvrir ce joyau architectural recouvert de feuilles d’or qui scintillent sous le soleil. Il ne se visite que de l’extérieur et si vous voulez avoir une chance d’échapper à la foule et de vous imprégner de sa magnificence, rendez-vous-y tôt le matin. Le reflet de ses façades dans les eaux du lac et les sublimes paysages qui se dévoilent au fil de la promenade valent vraiment le détour.

Les temples bouddhistes et zen

les-temples-bouddhistes-et-zen

C’est vers l’est de Kyoto qu’il faut se diriger pour découvrir le temple Kiyomizu-dera. Ce complexe comprend un sanctuaire shinto et un temple bouddhique, dont le bâtiment principal est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1994. Pour profiter d’un panorama d’exception, choisissez de vous y rendre à l’occasion de la floraison des sakuras au printemps ou lorsque les érables se teintent de rouge vif en automne. Vous les contemplerez depuis le hall principal, suspendu à 13 mètres au-dessus de la colline. Ne manquez pas de vous arrêter à la cascade d’Otawa pour boire l’eau de l’un de ses trois cours : l’un d’eux vous fera vivre plus vieux, l’autre vous apportera l’amour et le dernier la réussite scolaire.

Ultime halte dans ce circuit des temples, le Daijoji. Il se compose de plusieurs édifices blottis dans les montagnes et a été construit en 874. Vous pourrez notamment y photographier des Japonaises en tenue traditionnelle devant la superbe pagode à cinq étages. Richement colorée, elle culmine à 40 mètres de haut. Pour une page de culture, poussez les portes du musée Reihokan, qui cache une collection de peintures, d’objets anciens et de statues. Les plus courageux emprunteront un sentier escarpé qui s’élance vers le sommet de la montagne et qui offre une vue à couper le souffle sur la plaine du Kansai. 

Pour visiter Tokyo dans les meilleures conditions, choisissez les mois d’avril, mai, août, septembre et octobre, les plus ensoleillés et les moins pluvieux.