Capitale du duché de Normandie entre 911 et 1204, Rouen garde de son passé un riche patrimoine architectural civil et religieux. Parmi ses églises remarquables qui lui valent son surnom de « ville aux cent clochers », la cathédrale Notre-Dame de Rouen occupe une place particulière. Emblème de la cité et muse de Monet, elle fut le sujet incontournable d’une série de 30 toiles réalisées entre 1892 et 1893. Des peintures qui sont aujourd’hui exposées à travers le monde dans les musées les plus prestigieux. 

La cathédrale Notre-Dame de Rouen, l’emblème du centre historique 

La-cathédrale-Notre-Dame-de-Rouen,-l’emblème-du-centre-historique

Au cœur de la Normandie, Notre-Dame de Rouen domine le cœur historique de sa flèche imposante. Avec sa tour lanterne surmontée d’une flèche au-dessus de la croisée du transept, la cathédrale Notre-Dame de Rouen affiche une hauteur de 151 m. Quatrième cathédrale la plus haute du monde, après l’église d’Ulm (161 m), la basilique Notre-Dame-de-la-Paix de Yamoussoukro (158 m) et la cathédrale de Cologne (157 m), elle est considérée comme l’une des plus grandes cathédrales de France, devant les cathédrales Notre-Dame de Strasbourg (141 m), Notre-Dame de Chartres (115 m) et Notre-Dame de Paris (96 m). 

Édifiée entre le XIIe et le XVe siècle, cette cathédrale gothique fournit un témoignage incomparable sur l’art des bâtisseurs du Moyen Âge ainsi que sur le savoir-faire des peintres, des sculpteurs et maîtres verriers qui ont concouru à sa construction au cours des siècles. Parmi les œuvres incontournables, ne manquez pas l’escalier des Libraires, les tombeaux des cardinaux d’Amboise et de Richard Cœur de Lion ou les « Belles Verrières » (vitraux les plus anciens de la cathédrale, réalisés vers 1200) illustrant la vie de saint Sever et saint Jean-Baptiste. 

La cathédrale Notre-Dame de Rouen, muse de Monet

cathedrale-notre-dame-de-rouen-la-muse-de-monnet.jpg

Entre 1892 et 1893, Claude Monet s’installe sur la place de la cathédrale de Rouen pour y réaliser l’une des plus fameuses séries de tableaux comportant quelque trente vues du portail occidental à tous les moments de la journée et en différentes saisons. 

Pour apprécier l’ampleur de cette étude artistique sur la lumière, laissons la parole à Georges Clemenceau qui publie, dans La Justice, un article titré « Révolution de cathédrales » (20 mai 1895) : « Je suis entré chez Durand-Ruel pour revoir à loisir les études de la cathédrale de Rouen dont j’avais eu la joie dans l’atelier de Giverny, et voilà que cette cathédrale aux multiples aspects, je l’ai emportée avec moi, sans savoir comment. […]  La merveille de la sensation de Monet, c’est de voir vibrer la pierre et de nous la donner vibrante, baignée des vagues lumineuses qui se heurtent en éclaboussures d’étincelles. […] Maintenant la pierre elle-même vit, on la sent mutante de la vie qui précède en la vie qui va suivre. […] La masse tient bon, solide dans l’estompe de brume, attendrie sous les ciels changeants, éclatant en poudreuse fleur de pierre dans l’embrasement du soleil. »

L’illumination de la cathédrale de Rouen

L’illumination de la cathédrale de Rouen

Mise en lumière chaque été, la cathédrale Notre-Dame de Rouen raconte l’histoire de France et de la Normandie depuis 2013. À la faveur de la nuit, des projections monumentales illuminent sa façade du 1er juin au 15 septembre pour un passionnant spectacle son et lumière. D’année en année, les thèmes s’inspirent des grands événements qui ont marqué la ville : l’histoire de l’art avec l’impressionnisme, les personnages légendaires avec le récit de la vie de Jeanne d’Arc, les épopées maritimes et les incursions barbares avec les spectacles Les nouveaux mondes et Vikings.

Projetées chaque soir pendant 50 minutes, les illuminations ont lieu sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Rouen à 23 h du 1er juin au 31 juillet, à 22 h 30 puis 22 h du 1er août au 31 août et à 21 h 30 du 1er septembre au 15 septembre.