Back to top

Pays sauvage s’il en demeure un dans le monde, la Namibie dévoile des paysages fascinants, dont Deadvlei est sans doute l’un des plus énigmatiques… et des plus connus ! Le marais mort a en effet servi de lieu de tournage pour des films et publicités. Cap sur des dunes de sable rouge, des acacias calcifiés et un désert de sel incroyablement photogéniques.

Deadvlei en Namibie : un site d’une beauté indicible

deadvlei-en-namibie-un-site-d-une-beaute-indicible

Le mot Deadvlei tire son nom de l’anglais dead (mort) et de l’afrikaans vlei (lac). Il désigne le fameux marais mort de Namibie. Celui-ci se situe à proximité de Sossusvlei, un désert de sel certes moins impressionnant que le Salar d’Uyuni en termes de superficie, mais qui n’a rien à envier à son cousin bolivien pour ce qui est de sa beauté. Ceint par les plus hautes dunes du monde (300 à 400 mètres), Deadvlei correspond à une cuvette d’argile blanche nichée au cœur d’un océan de sable ocre. Ce site s’est formé il y a plus de 900 ans, lorsque des inondations ont fait déborder la rivière Tsauchab et ont donné naissance à des mares peu profondes et temporaires. Cette abondance d’eau a permis à des acacias du désert de l’espèce Acacia erioloba, également appelés arbres à épines de chameaux, de pousser pendant quelques années. Le climat a ensuite changé et une sécheresse a frappé la région, faisant s’évaporer l’eau définitivement. 

Les acacias, brûlés par le soleil et desséchés par le manque d’eau, se sont littéralement calcifiés sur place. Ne restent plus que des troncs noirs qui se tordent sous l’impitoyable climat namibien, créant une peinture surréaliste, presque inquiétante. Les contrastes des arbres sombres sur le sol immaculé et des dunes rouges sur le ciel azur constituent un spectacle inoubliable qui ravira les photographes amateurs. Pour la petite anecdote : les réalisateurs de The Cell (2000), The Fall (2006) et de Ghajini (2008) ont tourné quelques scènes de leurs films dans ce marais à l’apparence unique. 

Comment et quand se rendre à Deadvlei dans le désert du Namib ?

Tous les sites touristiques (et les autres aussi d’ailleurs !) se méritent en Namibie, où les routes sont peu nombreuses et pas forcément en bon état. Pour rejoindre Deadvlei, vous devrez emprunter la voie de 60 kilomètres qui va de Sesriem au bout du désert de Sossusvlei. Une fois sur le parking, deux options se présenteront à vous :

-    Embarquer à bord des navettes 4x4 affrétées par l’état namibien, si vous n’êtes pas vous-même équipé d’un tel véhicule et apte à rouler dans le désert du Namib. Le trajet est payant (environ 6 €) et vous devrez attendre que la voiture se remplisse de passagers pour partir. Rassurez-vous, cela va généralement assez vite. 
-    Vous lancer dans une marche de 4 kilomètres en contournant la Big Daddy Dune par la droite ou en l’escaladant et en dévalant la pente de l’autre côté. Ce monticule culmine à 383 mètres et vous offrira un merveilleux point de vue sur Deadvlei en contrebas. Si le cœur vous en dit, Big Mama, l’autre grande dune située juste en face, s’ouvre sur Sossusvlei. 

Deadvlei se visite toute l’année. Comme c’est l’un des endroits les plus chauds de la planète, quelques conseils de prudence s’imposent :
-    Ne commettez pas l’erreur de vous déplacer pieds nus ou en tongs sur le sable, mais portez des chaussures de marche. Si les températures sont un peu fraîches en tout début de matinée, le mercure grimpe en flèche au cours de la journée et vous risquez de vous brûler gravement les pieds.
-    Prenez suffisamment d’eau, notamment si vous optez pour la randonnée, qui dure environ deux heures.
-    Couvrez-vous la tête et pensez à la crème solaire !