Back to top

Équivalent autrichien du palais de Versailles avec sa Grande Galerie et ses somptueux jardins, le château de Schönbrunn constitue une des visites incontournables lors d’un séjour à Vienne. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1996, cette ancienne résidence impériale d’été a vu défiler sous ses ors : Mozart, Marie-Antoinette, Napoléon, Kennedy ou Khrouchtchev. Aujourd’hui, pour nombre de voyageurs, c’est à l’impératrice Élisabeth d’Autriche et reine de Hongrie que ce symbole reste attaché. Mettons alors le cap sur le château de Schönbrunn, indissociable de la légende de Sissi.

 

L’histoire du château de Schönbrunn

schonbrunn

Bâti à Hietzing, à l’ouest de Vienne, le château de Schönbrunn est né à la fin du XVIe siècle sous l’impulsion des empereurs Maximilien II du Saint-Empire et Matthias Ier de Habsbourg, qui en firent leur résidence d’été. Détruit en quasi-totalité lors des invasions turques, il fut reconstruit sur ordre de Léopold Ier en réponse au fastueux château de Versailles. Au cours du siècle suivant, l’impératrice Marie-Thérèse (1740 à 1780) imprima à cette noble demeure, reconnaissable à sa façade ocre, son style rococo qu’on admire toujours aujourd’hui.

Du XIXe siècle, subsiste le souvenir des campagnes napoléoniennes et du traité de Vienne, signé au château de Schönbrunn. Mais c’est surtout la mémoire d’Élisabeth Amélie Eugénie de Wittelsbach, affectueusement surnommée Sissi, qui plane encore sur les lieux. Devenue impératrice d’Autriche et reine de Hongrie par son mariage avec son cousin François-Joseph Ier d’Autriche, elle partage sa vie entre Hofburg et Schönbrunn.

 

Le château de Schönbrunn vu de l’intérieur

schonnbrunn

Sur les 1 441 pièces du château de Schönbrunn, 42 salles sont ouvertes au public. Au cours de la visite, vous aurez l’opportunité de découvrir la Grande Galerie où Mozart, jeune prodige de 6 ans, se produisit devant la cour, avant de monter sur les genoux de l’impératrice Marie-Thérèse, faisant ainsi fi du protocole. Longue de 45 mètres sur une largeur de 12 mètres, la grande galerie nécessitait plus de mille bougies pour son éclairage. Les célèbres bals viennois y étaient organisés jusqu’à un passé proche. C’est encore ici qu’en 1961 eut lieu la rencontre entre le président américain John F. Kennedy et le chef d’État soviétique Nikita Khrouchtchev.

Le Salon Vieux-Laque et son parquet d’ébène ainsi que le Cabinet chinois rond, décoré d’objets précieux en provenance d’Asie, de tapis de soie et de porcelaines de Chine ou du Japon dénotent le goût immodéré de l’impératrice Marie-Thérèse pour l’art oriental.

À découvrir aussi, le cabinet de travail de Napoléon où décéda l’Aiglon ainsi que le Salon chinois bleu où eurent lieu le 11 novembre 1918 les négociations au terme desquelles Charles Ier, le dernier empereur d’Autriche, renonça au trône. Avec la proclamation de la République autrichienne, on assista à la fin du règne des Habsbourg ainsi qu’à l’histoire de Schönbrunn en tant que résidence impériale.

 

Visiter le château de Schönbrunn et ses magnifiques jardins

schonbrunn

Le château de Schönbrunn se visite pour la magnificence de ses appartements impériaux, mais aussi pour la beauté de son parc qui s’étend sur 158 hectares. En commençant par le Kronprinzengarten, jardins à la française, dessinés en 1695 par Jean Tréhet, élève de Le Nôtre.

Autre rareté, l’Orangerie est ici toujours en service. Conforme aux dimensions de l’Orangerie de Versailles, avec ses 189 mètres de profondeur et ses 10 mètres de largeur, elle dépasse en longueur l’étendue du château. Construite entre 1754 et 1755, elle abrite une serre de cédrats où l’Empereur Joseph II aimait donner ses fêtes, au milieu des citronniers et des orangers. De nos jours, le lieu accueille tous les soirs des mélomanes de tous horizons pour des concerts en costume d’époque mettant à l’honneur Mozart et Strauss. À l’autre bout, le long bâtiment vitré abrite le théâtre de marionnettes.

Tout aussi spectaculaire, la Palmenhaus construite en 1882 détient le titre de plus grande serre aux palmiers d’Europe. Ce bâtiment de 113 mètres de long se caractérise par une structure monumentale recouverte de 45 000 vitres. Dans ces trois pavillons, on peut apercevoir de nombreuses plantes méditerranéennes et tropicales, dont un palmier de plus de 20 mètres de hauteur et un nénuphar d’un mètre vingt de diamètre.

 

La Gloriette et le musée des Carrosses impériaux de Schönbrunn

gloriette

Le sommet du parc du château de Schönbrunn est occupé par la Gloriette, un triple arc de triomphe néo-classique commémorant la victoire de l’impératrice Marie-Thérèse sur la Prusse de Frédéric II. Abritant un authentique café viennois, décoré de somptueuses scènes de chasse, on y vient pour partager un repas musical avec vue panoramique sur le château et sur la capitale autrichienne.

Dans le Kaiserliche Wagenburg, le musée des Carrosses impériaux, on remonte l’histoire au temps des fiacres et des calèches, au milieu de 90 véhicules admirablement conservés. Parmi les chaises à bras et les traîneaux, le « carrosse milanais » du couronnement de François-Joseph et le corbillard de l’impératrice Sissi, tiré par huit chevaux noirs lors des funérailles retiennent l’attention des visiteurs.

 

Le zoo du château de Schönbrunn à Vienne

zoo

Crée en 1752, le Tiergarten du château de Schönbrunn passe pour être le plus ancien zoo du monde. C’est ici qu’un éléphant d’Afrique est né en captivité pour la première fois en 1906. En 2007, Fu Long est le premier bébé panda à voir le jour dans un zoo, suivi de Fu Hu en 2010 et Fu Bao en 2013 puis des jumeaux Fu Feng et Fu Ban en 2016. 

Tigres de Sibérie, orangs-outans, rhinocéros, koalas, éléphants : plus de 700 espèces animales vivent dans ce Jardin d’acclimatation classé au patrimoine culturel mondial de l’UNESCO. Depuis mai 2014, il est possible d’admirer des ours blancs, même lorsqu’ils nagent sous l’eau. Un nouveau parc à girafes de 1770 m² permet d’observer les girafes, les yeux dans les yeux. Dans le pavillon de l’Afrique de l’Est, on croise mangoustes naines, calaos de Decken et bucorves.

Un monument iconique de la culture autrichienne, à découvrir tout au long de l’année en passant des salons d’apparats, au cœur des jardins baroques, au creux de l’Orangerie… pour vivre la vie de château à l’heure viennoise.