Back to top

Pour une pause royale lors de votre visite de la Dordogne, une excursion au château de Beynac s’impose. Classé monument historique en 1944, ce château fort au passé riche et étonnant est l’un des mieux conservés de la région. Bâti au XIIe siècle, il a joué un rôle considérable dans la guerre de Cent Ans. Il a aussi eu l’honneur de servir de décor pour de grands films français, dont La Fille de d’Artagnan, Jeanne d’Arc, la version moderne de Fanfan la Tulipe et, surtout, la saga des Visiteurs. En vous lançant dans une visite du château de Beynac, vous pourrez plonger dans un pan important de l’Histoire de France tout en profitant d’une vue inoubliable sur la vallée des 5 châteaux. 

La construction du château de Beynac

construction-du-chateau-de-beynac

Perché en haut d’un plateau calcaire dominant la rive droite de la Dordogne et situé sur la commune de Beynac-et-Cazenac, le château veille depuis plus de 9 siècles sur la région. Construit dès le XIIe siècle par les barons de Beynac pour verrouiller la vallée, il est un point de passage incontournable pour les transporteurs de noix, de châtaignes, de bois ou encore de vin du Périgord, que ces derniers empruntent les voies routières ou navigables de la province. La situation stratégique du château fort fait alors du seigneur de Beynac un personnage puissant.

En 1197, le nouveau roi d’Angleterre, Richard Ier dit Richard Cœur de Lion, s’empare de la forteresse et abrite son armée dans la tour centrale du castel avant que la famille de Beynac ne parvienne à reprendre la citadelle après la mort du souverain, deux ans plus tard. Par la suite, c’est le terrible chevalier Simon de Montfort qui vient troubler la tranquillité des habitants. Encore aujourd’hui, le château de Beynac garde le souvenir des grands noms qui ont vécu et élaboré des stratégies entre ses murs.

Le château de Beynac au fil des siècles

chateau-de-beynac-au-fil-des-siecles

À l’époque de la guerre de Cent Ans, la forteresse de Beynac est l’une des places fortes françaises. Alors que la Dordogne sert de frontière entre la France et l’Angleterre, le château fait face au château de Castelnaud, pris par les Anglais justement. Quoi qu’il en soit, le château de Beynac résiste aux batailles et au temps qui passe. Toutefois, l’édifice perd quelque peu de sa superbe et de son importance, en devenant plus simplement un château familial.

En 1962, le château fort est acheté aux enchères pour 17 millions de centimes de francs par Lucien Grosso, un homme d’affaires qui, avec son épouse, s’évertue pendant les décennies suivantes à le restaurer et à lui redonner une place de choix dans le patrimoine français. Il y parvient, notamment grâce à l’aide du septième art.

Les films tournés au château de Beynac

films-tournes-au-chateau-de-beynac

Depuis le début des années 1960, plusieurs grands films ont en partie été tournés au château de Beynac. Parmi les plus fameux, on retient Le Capitan d’André Hunebelle, Elle voit des nains partout ! de Jean-Claude Sussfeld, La Fille de d’Artagnan de Bertrand Tavernier ou encore Jeanne d’Arc de Luc Besson et Fanfan la Tulipe de Gérard Krawczyk. Mais c’est surtout la saga Les Visiteurs qui a rendu le château de Beynac célèbre. Si le grand public ne se souvient pas forcément de son nom, il a gardé la silhouette de l’édifice en mémoire grâce aux deux films.

En 1993 et en 1997, Jean-Marie Poiré et son équipe, dont le duo d’acteurs Jean Reno et Christian Clavier, ont posé leurs valises et, surtout, leurs caméras au château de Beynac pour y tourner les aventures du comte Godefroy de Montmirail et de son serviteur Jacquouille, transportés par magie dans le temps et débarquant tout droit du XIIe siècle à la fin du XXe. Une saga culte, qui figure encore aujourd’hui dans le Top 20 du box-office français.

À quoi s’attendre lors d’une visite du château de Beynac ?

a-quoi-s-attendre-lors-d-une-visite-du-chateau-de-beynac

Nombreux sont ceux qui estiment que le château de Beynac est le plus authentique château fort du Périgord. Prenant la forme d’un quadrilatère irrégulier et constitué d’un donjon carré roman accolé à un logis, l’édifice est sans aucun doute l’un des mieux conservés de la région. À l’intérieur du château de Beynac, plusieurs pièces fascinantes sont à découvrir. Le donjon, la plus ancienne partie du fort, vous offre une vue d’exception sur les terres et la vallée qui l’entourent. La salle des Gardes, elle, vous ramène au temps où le seigneur, ses hommes d’armes et leurs chevaux vivaient dans les lieux. À côté de cela, la salle des États est une pièce à ne pas manquer. Elle doit son nom aux réunions qu’y tenaient les quatre barons du Périgord au XVe siècle.

Les cuisines, ajoutées au XIIIe siècle, la salle des armures, ornée de lambris et d’une cheminée peinte, l’oratoire avec ses fresques laissant apparaître le blason des Beynac ou encore l’escalier Renaissance, qui date du XVIIe siècle et qui a été conçu pour desservir les appartements méridionaux, sont également remarquables. Ne manquez pas non plus les quartiers de Richard Cœur de Lion. Cependant, le moment fort de votre passage au château de Beynac sera sans aucun doute la découverte de son exceptionnelle barbacane, un dispositif défensif impressionnant construit au Moyen-Âge.

Quand et comment se rendre au château de Beynac ?

quand-et-comment-se-rendre-au-chateau-de-beynac

Le château de Beynac est situé à 10 minutes de Sarlat, une ville pleine de charme et idéale pour séjourner en Dordogne. Pour accéder au site, deux options s’offrent à vous : vous pouvez suivre les panneaux « Château féodal », puis « Château de Beynac » pour arriver à un parking placé tout près du fort ou vous pouvez vous garer en bas du village de Beynac-et-Cazenac pour monter jusqu’au bâtiment à pied, dans le cadre d’une mini-randonnée de 20 minutes environ. Le panorama qui vous attend au sommet n’en sera que plus mérité. 

Le tarif pour accéder au château de Beynac est de 8 euros par adulte. D’avril à octobre, une visite guidée est incluse dans le prix du billet, avec un départ toutes les 30 minutes. De novembre à mars (sauf en janvier, mois de fermeture du château), seules des visites libres sont proposées, avec un livret remis à l’accueil. N’hésitez plus, le passé vous attend.