Back to top

Lors d’un circuit à la découverte des monuments de la vallée de la Loire, une halte au château d’Azay-le-Rideau s’impose. Ce joyau de la Renaissance célèbre pour son miroir d’eau et ses intérieurs richement meublés s’inscrit dans un écran naturel en tous points remarquable.

L’histoire mouvementée du château d’Azay-le-Rideau

L’histoire-mouvementée-du-château-d’Azay-le-Rideau

Il faut remonter à 1119 pour retrouver les traces du premier château d’Azay-le-Rideau, un édifice médiéval qui sera brûlé en 1418 par Charles VII. En 1518, la construction du bâtiment actuel commence sous les ordres du maire de Tours, Gilles Berthelot, et de son épouse, Philippe Lesbahy. Il repose sur des pilotis et s’habille de pierre de Saint-Aignan, une commune du Loir-et-Cher.

Inspiré des innovations italiennes alors en vogue, son style Renaissance s’affirme à travers ses ailes ovales et ses épis de faîtages ciselés. Les travaux dureront seulement 5 ans, une prouesse pour l’époque. Une enquête diligentée par François 1er révèle des malversations financières et Gilles Berthelot, craignant d’être exécuté, s’enfuit en laissant château et femme derrière lui.

Le château d’Azay change de propriétaire et est offert à Antoine Raffin, puis à la famille Gelais de Lansac après un mariage. Les occupants successifs ne disposent pas d’assez d’argent pour l’entretenir, il commence à tomber en décrépitude, avant d’être racheté par le marquis Charles de Biencourt en 1791. La famille lance des travaux de restauration du château et des jardins. En 1905, l’État récupère le bien et le classe monument historique 9 ans plus tard.

Il faut attendre 2014 pour que d’importants travaux de réfection soient entrepris, qui rendront tout son éclat au château d’Azay-le-Rideau. Refonte du jardin, ameublement du rez-de-chaussée ou encore ravalement des couvertures et façades ont rythmé les trois années suivantes.

Explorer l’intérieur du château d’Azay-le-Rideau

explorer-l-interieur-du-chateau-d-azay-le-rideau

Il abrite un remarquable mobilier, qui a su séduire tant Honoré de Balzac que Prosper Mérimée. Le salon Biencourt, avec sa cheminée monumentale sculptée, vaut à lui seul le détour. L’admirable parquet en chevrons accueille désormais un tapis d’Orient, qui fait écho aux splendides tentures pourpres.

Autre immanquable d’une visite du château d’Azay-le-Rideau, la chambre Renaissance, celle de Philippe Lesbahy, qui a été reconstituée dans sa configuration d’origine. On ne peut que s’extasier devant le tressage de jonc des murs, qui servait à isoler du froid. Ce matériau était également censé améliorer l’humeur de son occupante tout en assainissant l’air. Le lit date du XIXe siècle et reflète l’influence néo-renaissance très prisée alors. Broderies précieuses, velours de soie ou encore passementeries incarnent le raffinement de la Renaissance.

S’extasier devant les façades et les jardins du château d’Azay-le-Rideau

Azay-le-Rideau

Si l’intérieur du château d’Azay-le-Rideau peut vous tourner la tête, l’extérieur n’est pas en reste ! Pour une photographie réussie, mettez le cap vers le miroir d’eau, qui a vu le jour en 1950 et permet maintenant au château de se refléter dans la rivière. En découvrant cette vue, Honoré de Balzac a pu dire que le bâtiment était comme « un diamant taillé à facettes serti par l’Indre ».

Continuez avec la tour d’angle, qui signe la symétrie du château et en fait un modèle parfait de l’architecture Renaissance. Le long du chemin de garde, vous vous arrêterez devant la grande lucarne dont la structure est un mélange d’influences gothique et italienne. Enfin, flânez dans les allées restaurées du parc. Des espèces d’arbres provenant de Chine, des États-Unis et d’Afrique du Nord servent de refuges aux libellules et aux chauves-souris.

Vous pouvez choisir un billet coupe-fil pour un accès prioritaire au château, ou le visiter en petit groupe et même seul ! Il est ouvert tous les jours à l’exception des 1er janvier, 1er mai et 25 décembre. Les horaires sont variables en fonction des saisons.