Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1992, la cathédrale de Bourges compte aussi parmi les cathédrales de France protégées au titre des monuments historiques. Chaque année, plus de 600 000 vacanciers venus visiter Bourges s’y pressent. Rendez-vous sur la place Étienne Dolet, à une encablure de la mairie de Bourges pour une visite guidée de l’un des plus anciens édifices gothiques bâtis au sud de la Loire.

Saint-Étienne de Bourges : une cathédrale gothique sans transept classée à l’UNESCO
 

Visible à plus de 30 km de distance, la cathédrale Saint-Étienne de Bourges est une merveille de l’art gothique qui veille sur la vieille ville et la campagne berrichonne depuis 800 ans.

Étape incontournable de la voie de Compostelle Via Lemovicensis, elle s’abrite derrière les remparts de la cité médiévale. De la pose de la première pierre en 1195 à la fin du gros œuvre, sa construction n’a pas demandé plus de 35 ans. Un véritable exploit pour l’époque ! Il aura fallu cependant attendre presque un siècle pour qu’intervienne sa consécration, le 13 mai 1324. L’explication ? La tour sud présentant des signes de fragilité doit être étayée par un énorme « pilier butant ». Pour cette raison, ni flèche ni cloches n’ont jamais pu y être installées. Cette particularité lui vaut d’ailleurs son surnom de « tour sourde ». 

Gigantesque, la cathédrale de Bourges affiche des dimensions hors normes, soit 120 mètres de long sur 41 mètres de large. Avec 37 mètres de hauteur sous la nef, elle coiffe même Notre-Dame de Rouen ainsi que les cathédrales d’Orléans et de Strasbourg, trois des cathédrales les plus élevées de France. Sa tour nord, ou tour de Beurre, culmine quant à elle à 65 mètres. 

Remarquable à plus d’un titre, le plan de cette cathédrale gothique se veut simple et harmonieux, sur le principe d’une basilique sans transept, composée de cinq nefs auxquelles correspondent cinq portails. Ici, l’absence de cloisonnement offre une magnifique perspective et assure une lumière égale dans toute la nef, y compris les collatéraux. Cette caractéristique unique en son genre, couplée à la qualité exceptionnelle de son tympan, ses sculptures et ses vitraux lui ont valu son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1992. 

Les incontournables de la cathédrale Saint-Étienne de Bourges 

les-incontournables-de-la-cathedrale-saint-etienne-de-bourges
    

La cathédrale de Bourges ne compte pas moins de cinq portails d’entrée dont chaque tympan mérite une attention particulière. À l’intérieur de la très longue et très haute nef, un ensemble rare de vitraux du XIIIe au XVIIe siècle témoigne de la virtuosité des maîtres verriers et des évolutions techniques entre moyen-âge, Renaissance, époque classique et style baroque. 

Dans le bas-côté sud, près de l’entrée principale, un autre incontournable fait l’admiration des visiteurs. Il s’agit de la plus ancienne horloge astronomique conservée en France. Offerte aux habitants de Bourges par Charles VII en 1424, elle a été restaurée et remise en service à la fin du XXe siècle avec le concours de scientifiques, de spécialistes horlogers et de techniciens de l’aérospatiale. Elle sonne chaque quart d’heure et entonne le Salve Regina chaque heure. À l’inverse de la célèbre horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg, elle n’est pas dotée d’automates. 

Pour finir en apothéose avec un panorama à 360° sur Bourges, il ne reste plus qu’à gravir les 396 marches de la tour nord. Du haut de cet édifice plus connu sous le nom de tour de Beurre (rappelant que son financement a été rendu possible par l’acquittement d’une taxe permettant de manger du beurre pendant le carême), la vue porte sur l’hôtel-Dieu, le palais Jacques-Cœur, le palais du duc Jean de Berry, l’hôtel des Échevins, la place Gordaine et la ville-basse.

La cathédrale de Bourges et la tour de Beurre sont ouvertes au public tous les jours de l’année sauf le dimanche matin. Un billet jumelé donne également accès au palais Jacques-Cœur, l’autre monument phare de Bourges.