Back to top

À l’extrême sud de l’Espagne, le carnaval de Cadix constitue l’un des temps forts de la culture andalouse. L’événement, déclaré d’« intérêt touristique international », a reçu en 2018 la médaille d’or du mérite des beaux-arts décernée par le ministère de la culture espagnol. Ancrée dans les traditions depuis le XVIe siècle, cette fête populaire attire chaque année des centaines de milliers de visiteurs venus de toute l’Espagne et au-delà.

Carnaval de Cadix : des origines à nos jours

Passage obligé entre l’Europe du Nord et le monde méditerranéen, Cadix a tissé des liens forts avec les puissances maritimes étrangères tout au long de l’histoire. Dans ce port stratégique de l’empire espagnol, ouvert sur l’océan Atlantique et la mer Méditerranée, Gênes et Venise y ont établi leur comptoir. Les deux villes y ont aussi laissé l’empreinte de leurs traditions comme le carnaval de Venise dans lequel le carnaval de Cadix plonge ses racines.

Officiellement, le carnaval de Cadix débute le jeudi précédant le mercredi des Cendres et prend fin onze jours plus tard avec la fête du Domingo de Piñata. Durant toute cette période, le tipos (déguisement de carnaval) est à l’honneur. Les gaditanos (les habitants de Cadix) le portent pour aller au bal, admirer les feux d’artifice, participer aux défilés et aux cavalcades. Officieusement, ce grand événement populaire démarre une semaine plus tôt avec les festivités gastronomiques, organisées par les peñas (associations festives et amicales). Cet avant-goût du carnaval permettant de se mettre en bouche lors de la Pestiñada (dégustation de beignets), l’Erizada (dégustation d’oursins) et l’Ostionada (dégustation d’huitres) fournit l’occasion de tester quelques-unes des meilleures spécialités locales.

Carnaval de Cadix : chants, satires, déguisements et bonne humeur

carnaval-de-cadix chants-satires-et-bonne-humeur

Une des particularités du carnaval de Cadix tient dans sa tradition du chant satirique. Sur le ton humoristique et espiègle, une multitude de groupes viennent clamer leur critique de l’actualité politique et sociale. Quelques-uns parmi eux participent au concours du Teatro Falla.

Durant une vingtaine de jours, plus d’une centaine de formations entrent en compétition pour remporter le concours du Grand Théâtre Falla. La finale retransmise à la télévision et à la radio a lieu du jeudi (début du carnaval) au vendredi matin. En fonction du nombre d’intervenants et de la copla (type de chant privilégié : paso doble, tango, parodie, cuplet, compilation ou thème libre), les troupes sont regroupées en quatre catégories :

-    Les cuartetos (quatuors) comprennent entre trois et cinq membres. Leur spécialité va de la présentation au « cuplet » (chansons) en passant par la parodie ; 
-    Les chirigotas (troupes satiriques), formées d’une douzaine de personnes, regroupent en général des ténors, des basses et des altos. Leurs chansons malicieuses, voire équivoques, provoquent généralement les applaudissements les plus nourris ;
-    Les comparsas (groupes costumés) réunissent quatorze chanteurs (ténors, basses, sopranos et contraltos). Leur répertoire de prédilection se concentre sur le paso doble. 
-    Les coros (chœurs) - réputés pour leurs tangos - constituent les formations de grande envergure du concours avec pas moins de quarante-cinq artistes (barytons, basses, ténors et musiciens).

À l’issue du concours, toutes les formations défilent dans le centre historique de Cadix pour rejoindre le Carrusel de Coros (le carrousel des chœurs) aux abords de la place du marché.

Ceux qui n’ont pas concouru et qu’on appelle coros ilegales ou charangas ilegales se produisent dans les rues et sur les places (et notamment sur la place de las Flores) pour le plus grand plaisir des visiteurs. Chaque « chœur illégal » se distingue par le choix de son costume, de sa musique et de son thème.