Back to top

Le parc national du Big Bend au Texas doit son nom au méandre en forme de fer à cheval qu’y forme le Rio Grande, frontière fluviale entre le Mexique et les États-Unis. Sur ce site naturel de plus de 3 200 kilomètres carrés alternent canyons, montagnes, cours d’eau et vastes étendues arides, dont la partie nord du désert de Chihuahua, l’un des deux plus grands déserts du continent américain.

Big Bend National Park : la nature à l’état brut

Surnommée « terre dépeuplée » (despoblado) par les explorateurs espagnols, la région du Big Bend au sud du Texas est décrite comme une contrée composée de « basses terres arides, de forêts de montagne humides et d’une rivière vivante traversant le désert » où règnent une « chaleur meurtrière et un froid glacial, une sécheresse mortelle et des inondations soudaines ». Soumis à des conditions climatiques des plus rudes, le site ne reçoit quasiment jamais de pluie et affiche des températures extrêmes, allant de 38 °C le jour à zéro la nuit. Seuls les monts Chisos, culminant à plus de 2 300 mètres, connaissent un peu de fraîcheur et d’humidité. 

Malgré cette apparente inhospitalité, le Big Bend National Park, labellisé réserve de la biosphère par l’UNESCO, recense plus de 35 espèces de poissons, 67 espèces d’amphibiens et reptiles, 75 espèces de mammifères (ours noir, lion des montagnes, pécari…), 450 espèces d’oiseaux et 1 200 variétés de plantes. Parmi les curiosités à observer sur place, on note la présence d’espèces endémiques comme le cerf à queue blanche de Del Carmen, la paruline à collier, le genévrier tombant du Mexique ou l’agave Chisos. Par ailleurs, le parc compte au sein de ses hôtes un certain nombre d’animaux menacés comme le viréo à tête noire, la chauve-souris à long nez du Mexique et la gambusie du Big Bend. 

Les incontournables du Big Bend National Park

les-incontournables-du-big-bend-national-park

Le Big Bend propose un grand choix de randonnées à réaliser à partir des cinq points d’accueil des visiteurs (Visitor Centers). 

Au départ du Panther Junction Visitor Center, les marcheurs peuvent s’engager sur le Panther Path, un sentier botanique agrémenté de panneaux d’interprétation permettant une agréable entrée en matière avant de rayonner dans le parc. 

Depuis le Persimmon Gap Visitor Center, on sillonne le désert de Chihuahua sur le Grapevine Hills Trail ou le Dagger Flat Auto Trail, entre rochers en équilibre et forêts de yuccas géants. 

Du Chisos Basin Visitor Center démarrent de nombreux sentiers de montagne, tels que le Lost Mine Trail et le Window Trail, couronnés par de magnifiques vues sur le désert, les canyons et les massifs mexicains. 

Plus au sud, le Rio Grande Village Visitor Center est le passage obligé pour découvrir le spectaculaire Boquillas Canyon et des sources chaudes récompensant les randonneurs par une baignade dans une eau à 40 °C.

À partir du Castolon Visitor Center, ancien village de fermiers classé au registre des monuments historiques, plusieurs chemins invitent les voyageurs à remonter au temps où les pionniers et les Indiens peuplaient la région. Au fil de l’exploration, divers sites archéologiques et patrimoniaux sont ouverts à la visite, dont le ranch Homer Wilson, le Rancho Estelle et le Luna’s Jacal. C’est également du Castolon que débute le Ross Maxwell Scenic Drive, un itinéraire panoramique qui suit le Rio Grande jusqu’au Santa Elena Canyon. 

Le Big Bend National Park en pratique

Le parc est ouvert 24 h/24 et 7 j/7. Le droit d’entrée est de 30 dollars par voiture et 25 dollars par moto. L’unique hôtel du Big Bend se trouve au niveau du Chisos Basin Visitor Center. Quatre campings complètent l’offre d’hébergement sur le site. 

Pour en apprendre davantage, une visite du Big Bend Museum (sur le campus de l’Université d’État de Sul Ross à Alpine) peut s’avérer intéressante.

Emblématique du Wild West, le Big Bend National Park incarne l’aventure et le voyage au bout du monde sur l’une des terres les plus isolées des États-Unis.