Station balnéaire courue sur les rives de la mer Noire, Batoumi étonne par son dynamisme et son audace architecturale. Cette ville géorgienne au climat doux est désormais prisée par les bourgeoisies géorgienne et russe et s’ouvre de plus en plus au tourisme venu d’ailleurs.

Sur le littoral de Géorgie, Batoumi se transforme

Sur le littoral de Géorgie, Batoumi se transforme

Nichée aux confins orientaux de la mer Noire, Batoumi présente le profil d’une cité portuaire et balnéaire agréable. Capitale de la République autonome d’Adjarie, une région appartenant à la Géorgie mais jouissant de droits propres, la ville proche de la frontière avec la Turquie a vécu au cours des dernières années une métamorphose radicale.

Inexistante à l’orée du XXIe siècle, une rangée de gratte-ciel se détache désormais de la ligne d’horizon de Batoumi, avec en toile de fond la silhouette des collines. Emblématique de la ville, la « tour alphabétique », sur laquelle figurent des lettres de l’alphabet géorgien, déploie non loin de la mer sa forme en hélice comparable à la structure de l’ADN. À l’instar de ce bâtiment, des constructions de verre et d’acier à l’architecture audacieuse offrent à la ville une allure futuriste inattendue. Même les chapelles récentes semblent inspirées par cette vague de modernisation. Pour le voyageur qui la découvre, ce panorama interpelle. Il traduit l’importance économique, touristique et culturelle d’une cité devenue l’un des plus grands centres de divertissement de la région.

Une desserte aisée grâce à la liaison en train entre Tbilissi et Batoumi

une-desserte-aisee-grace-a-la-liaison-en-train-entre-tbilissi-et-batoumi

Casinos, restaurants, boîtes de nuit, hôtels… Batoumi offre de nombreuses possibilités de passer du bon temps et de faire la fête. En se rendant notamment sur « le Boulevard Batumi », longue promenade qui borde la plage, on se mêle à la population, ici pour se divertir. Russes et Géorgiens forment le contingent de touristes le plus important de la région. La liaison en train de Tbilissi à Batoumi favorise d’ailleurs l’arrivée d’habitants de la capitale géorgienne à la recherche de moments de détente en bord de mer. De par sa proximité avec la Turquie, la ville attire aussi des ressortissants de ce pays. Ils viennent principalement fréquenter les casinos, interdits dans leur pays.

Le tourisme occupe une place importante dans l’époque contemporaine de Batoumi. Peuplée depuis l’Antiquité, la ville a connu nombre de soubresauts durant son histoire. Passée sous dominance russe à partir de la fin du XIXe siècle, elle devient un lieu de villégiature à l’instar d’autres villes au bord de la mer Noire.

Les attraits de Batoumi ne se résument pas à son bord de mer animé. Au cœur de la ville, un centre historique révèle des bâtiments au charme classique datant pour la plupart du XIXe siècle. Découpé par des rues et ruelles perpendiculaires, le quartier a été rénové en 2010. Sur ses places, les restaurants installent leurs tables et chaises sous le soleil. Un peu à l’extérieur du centre, rendez-vous au jardin botanique de Batoum, l’un des plus grands au monde. Il regroupe une collection impressionnante de plantes subtropicales qui se plaisent à merveille sous le climat de la cité balnéaire. La douceur des températures, été comme hiver, a largement contribué à faire de la ville une destination touristique.

Au-delà de son statut de ville balnéaire, Batoumi joue aussi un rôle essentiel dans d’autres secteurs économiques de Géorgie. Elle occupe la position de premier port commercial du pays. Se situant à l’extrémité de l’axe économique routier et de l’oléoduc reliant Batoumi à Bakou – la mer Noire à la mer Caspienne – elle s’impose comme l’un des ports pétroliers de prime importance à l’échelle mondiale.