Back to top

Visiter Arles, c’est découvrir une ville d’art et d’histoire, rendez-vous mondial de la photographie, trois fois classée au patrimoine de l’UNESCO. Réputée pour son centre ancien et l’ensemble de ses monuments romains et romans, l’ancienne Arelate est aussi un point de convergence majeur depuis le Moyen Âge sur le chemin d’Arles, l’un des quatre chemins de Saint-Jacques de Compostelle traversant la France et l’Europe. Capitale de la Camargue, la ville d’adoption de Vincent Van Gogh, située au centre d’un espace naturel d’intérêt mondial, fait également partie du réseau mondial des réserves de biosphères. Cap sur Arles la magnifique entre balade, histoire et découverte !

Arles : capitale de la Camargue

arles-capitale-de-la-camargue

Commune des Bouches-du-Rhône et capitale de la Camargue, Arles se dresse à 27 kilomètres au sud-est de Nîmes et à 80 kilomètres au nord-ouest de Marseille. Avec sa superficie de 72 000 hectares, elle se hisse au premier rang des communes les plus étendues de France métropolitaine. Après avoir traversé les Alpilles et la plaine du Trébon, le Rhône traverse la ville avant de rejoindre la plaine de la Crau et le parc naturel régional de Camargue. Ancienne cité romaine répondant au nom d’Arelate qui signifie « lieu situé près de l’étang », Arles conserve de son passé un riche patrimoine qui lui vaut son label de « Ville d’art et d’histoire » et son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Arles : point de départ de la via Tolosana

arles-point-de-depart-de-la-via-tolosana

Inscrite sur le trajet de Saint-Jacques de Compostelle, Arles est le point de départ de la via Tolosana ou la voie d’Arles reliant en un peu moins de 1 000 kilomètres Puente la Reina en Espagne, le point de jonction du Camino Francès. C’est une des quatre voies serpentant depuis le Moyen Âge le sud de la France à travers les Bouches-du-Rhône, le Gard, l’Hérault, le Tarn, la Haute-Garonne, le Gers, les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques. Avant de franchir la frontière par le col du Somport, les pèlerins et les randonneurs auront fait escale par Montpellier, Castres, Toulouse, Auch et Oloron-Sainte-Marie. Sur ce chemin de pèlerinage, le site arlésien des Alyscamps figure parmi les plus grandes nécropoles chrétiennes d’Occident.

Arles : une triple inscription au patrimoine de l’UNESCO

arles-une-triple-inscription-au-patrimoine-unesco

Nichée au cœur d’un espace naturel d’intérêt mondial, Arles fait partie de la Réserve de biosphère de Camargue. Grâce à son riche patrimoine historique, la cité provençale est aussi inscrite sur la liste mondiale de l’UNESCO au titre du bien culturel en série « Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France » et de ses monuments romains et romans. En effet, de l’ancienne cité romaine Arelate subsiste de nombreux témoignages admirablement préservés tels que les remparts et l’amphithéâtre romain (édifié à la fin du Ier siècle), le théâtre antique (achevé vers l’an 12 avant notre ère, sous le règne de l’empereur Auguste), les cryptoportiques et les vestiges du forum (datant du Ier siècle avant J.-C.), l’église Saint-Trophime et son cloître (construits entre les XIIème et XIVème siècles) et le site des Alyscamps (aménagé au XVIIIème siècle).

C’est dans certains de ces lieux d’exception et d’autres tout aussi prestigieux ou à l’inverse résolument atypiques que se déroulent chaque été les rencontres d’Arles, un festival photo mondialement célèbre qui a attiré plus de 140 000 visiteurs lors de sa 49e édition en 2018.

Les rencontres d’Arles : un festival photo de renommée mondiale

les-rencontres-d-arles-un-festival-photo-de-renommee-mondiale

Créées en 1969 par le photographe Lucien Clergue, l’historien Jean-Maurice Rouquette et l’écrivain Michel Tournier, les Rencontres d’Arles invitent les passionnés de photographie et les amateurs de créations visuelles autour d’expositions, de projections et de stages au cœur des plus beaux sites de la ville. Durant deux mois, Arles devient ainsi la capitale internationale de la photographie avec une programmation artistique éclectique et contemporaine. Le coup d’envoi est donné début juillet, lors de la quinzaine d’ouverture, réputée pour ses projections nocturnes au sein du remarquable théâtre antique. Photographie, concerts et performances artistiques s’y côtoient. Parmi les temps forts de ce festival arlésien, la Nuit de l’année offre un parcours visuel au cœur de la ville, jalonné d’écrans géants projetant en boucle une cinquantaine de montages photos. Cette grande fête en entrée libre conjugue concerts, DJ sets, food trucks et bars.

Les Rencontres d’Arles, ce sont aussi quelque 60 expositions au sein de sites emblématiques, musées, monuments anciens, églises ainsi que des lieux singuliers comme la friche industrielle des ateliers ferroviaires. C’est en effet ici que s’installe depuis 2010 le Village des Rencontres d’Arles, un espace informel où se retrouvent amateurs, collectionneurs et professionnels.

Les rencontres d’Arles : infos pratiques et les lieux d’expositions

les-rencontres-d-arles-infos-pratiques-et-les-lieux-d-expositions

Les Rencontres d’Arles se déroulent du début du mois de juillet jusqu’à la fin du mois de septembre.
Différents types de forfaits allant du pass journée (en ligne : plein tarif 28 € - tarif réduit 23 € ou sur place : plein tarif 35 € - tarif réduit : 30 €) au forfait toutes expositions (en ligne : plein tarif 35 € - tarif réduit 27 € ou sur place plein tarif 42 € - tarif réduit 34 €) permettent de parcourir l’ensemble des expositions dont voici quelques sites emblématiques :

●    Espace Van Gogh, place Félix-Rey
●    Musée départemental Arles Antique, Presqu’île du Cirque Romain
●    Fondation Manuel Rivera-Ortiz, rue de la Calade 
●    Église Sainte-Anne d’Arles, place de la République
●    Église des Frères Prêcheurs, quai Marx Dormoy
●    Palais de l’Archevêché, place de la République
●    Chapelle de la Charité, boulevard des Lices
●    Cloître Saint-Trophime, rue du cloître
●    Abbaye de Montmajour (Bus ligne 29 ou 57)
●    École Nationale Supérieure de la Photographie, 16 rue des Arènes
●    Ancien collège Mistral, 2 rue Condorcet 
●    Librairie Actes Sud, rue du docteur Fanton
●    Croisière, boulevard Emile Combes
●    Maison des peintres, boulevard Emile Combes
●    Le jardin, avenue Paulin Talabot 
●    Ground Control, friche à la gare SNCF, 3 rue Jean Gorodiche
●    Les Forges et la Mécanique générale, parc des anciens ateliers SNCF, 33 avenue Victor Hugo

La plupart des lieux d’exposition sont ouverts au public de 10 h à 19 h 30.
 

Retrouvez le programme "Merveilles de l'UNESCO" tous les dimanches à 20:50 à partir 13 octobre 2019