The Phoenix
601 Eddy Street, entre Polk Street et Larkin Street, San Francisco
Tél. : +1 415 776 1380
www.thephoenixhotel.com
Ancien motel des années 1950, le Phoenix est presque entièrement resté dans son jus, saupoudré, depuis l’arrivée du groupe Joie de Vivre, d’une bonne dose de rock’n’roll. La preuve au bar, baptisé Chambers Eat+Drink, doté d’une exceptionnelle collection de vinyles. Y sont régulièrement organisées des manifestations citoyennes et artistiques : l’ArtPad SF ou un projet d’art en partenariat avec le festival Burning Man. Illustré des fresques de l’artiste Zio Ziegler sur toute sa façade, l’hôtel surprend autant que son quartier, Tenderloin. Les chambres – toutes de taille motel – sont bien arrangées. Outre le petit déjeuner (certes léger), la maison donne accès à une piscine centrale et au Kabuki Springs & Spa.
Chambre double à partir de 133 €.

Crédit photo : The phoenix hotel

Inn at the Presidio
42 Moraga Avenue, San Francisco
Tél. : +1 415 689 42 87
www.innatthepresidio.com
Dormir dans un jardin est permis à San Francisco. Cela se passe au Presidio, base démilitarisée dans les années 1990 et transformée en parc national. Outre le cimetière des animaux, le Presidio réunit le Walt Disney Family Museum, un théâtre, une salle de gym ou encore le Letterman Digital and New Media Arts Center abritant, entre autres, les studios de production Lucas Film. Installées dans l’ancien quartier général des officiers, les 22 chambres et suites se partagent les deux étages d’une grande demeure. Luxueuses et confortables, elles sont toutes habillées de peintures et photographies d’époque. Le petit déjeuner est délicieux, tout comme la terrasse où faire une pause dans un rocking-chair. En prime, la maison prête des vélos à ses hôtes.
Chambre double à partir de 340 €.

Crédit photo : Inna at the presidio

The Red Victorian
1664 Haigh Street, entre Belvedere Street et Cole Street, San Francisco
Tél. : +1 415 864 1978
www.embassynetwork.com/location/redvic
A Haight-Ashbury, quartier général des hippies, un hôtel à l’architecture victorienne datant de 1904 accueillit pendant près de quarante ans le bed and breakfast d’une dénommée Samy Sunchild. Elle y créa un Centre international de la Paix, hébergeant, dans ses 26 chambres, les hippies du monde entier. Dirigé depuis par le collectif Embassy Work, la maison s’organise désormais en espace de co-working au rez-de-chaussée, hôtel à l’étage. Elle propose aux créatifs, queers ou nerds, logeant parfois ici pendant des mois, des activités autour du développement personnel, du management ou de la joie de vivre. Le Red Victorian choisit ses hôtes et invite chacun, avant de réserver, à renseigner un formulaire sur son site Internet questionnant sur ses projets de vie et sa personnalité.
Nuitée en dortoir à partir de 56 €.

Crédit photo : Embassy network