Back to top

Surnommée la Cité Silencieuse, Mdina trône au centre de Malte. Riche d’une histoire plurimillénaire, elle résume au détour de ses ruelles celle de l’île et de ses occupants successifs, aux origines diverses. Visiter la ville médiévale de Mdina, aujourd’hui assoupie, revient à plonger dans le passé.

Que faire à Mdina, la Cité Noble ?

Que-faire-à-Mdina,-la-Cité-Noble

Phéniciens, Romains, Arabes, Normands, Siciliens, Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, nobles maltais… Au cours des siècles, tous ont apposé leur marque sur Mdina, à Malte. Les Phéniciens la fondent il y a plus de 3 000 ans au sommet d’une colline, loin de la côte. Les Arabes la séparent en deux entités distinctes, Mdina, la ville que l’on connaît de nos jours, qu’ils enserrent de fortifications, et Rabat, sa voisine, désormais plus développée et peuplée. 

Alors qu’elle occupe la fonction de capitale de Malte pendant le Moyen Âge, les Normands la baptisent la Cité Noble. Ils lui donnent également son plan actuel, dans lequel s’entrecroisent les ruelles sinueuses qui font son charme. Ils y construisent aussi de nombreux édifices. Un tremblement de terre en 1693 a raison de la grande majorité de ces bâtiments, même si plusieurs subsistent encore. À ce titre, on peut visiter le Palazzo Falson, une maison noble dont la construction a débuté au XIIIe et siècle.

cathédrale-Saint-Pierre-et-Saint-Paul Mdina

L’architecture de Mdina la rend populaire auprès des touristes. Ils y découvrent notamment la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, édifiée à l’emplacement d’une cathédrale normande détruite par le séisme. Ils déambulent dans des rues tranquilles, presque entièrement piétonnes. Seules quelques voitures ont le droit de circuler dans la ville, où vivent environ 300 habitants. D’où son surnom de Cité Silencieuse. 

Pour y accéder, les visiteurs franchissent les fortifications de Mdina, en passant par la porte principale. Cette arche baroque dessinée par l’architecte français Charles François de Mondion en 1724, qui marque l’entrée officielle de la ville, est devancée par des félins de pierre. Tels des gardiens intemporels, les lions de Mdina veillent sur la cité.