Back to top

L’histoire du château de Cheverny, Tintin et Moulinsart

En posant la première pierre de leur demeure de Cheverny en 1624, Henri Hurault et son épouse Marguerite Gaillard auraient-ils pu imaginer que la bâtisse traverserait les siècles pour avoir une renommée internationale grâce à Tintin ? Aujourd’hui, le château de la Loire attire plus de 300 000 visiteurs par an autant pour son histoire datant du règne de Louis XIII que pour les aventures de l’intrépide héros d’Hergé. 

En avançant sur la large artère habillée de fontaines et de bosquets minutieusement élagués se dévoile peu à peu la silhouette du château de Cheverny. Blottie au cœur du Loir-et-Cher, à l’orée de la Sologne, la bâtisse demeure un témoignage du règne de Louis XIII, mais doit sa renommée internationale au dessinateur Hergé, qui s’inspira de son architecture pour créer le château de Moulinsart. Mais l’histoire quelque peu mouvementée du château de Cheverny mérite le détour, bien au-delà des aventures de Tintin. 

Le château de Cheverny, témoin du règne de Louis XIII

le-chateau-de-cheverny-temoin-du-regne-de-louis-XIII.jpg

L’un des plus emblématiques des châteaux de la Loire dévoile une histoire riche de six siècles. Lorsque la famille Hurault acquiert les lieux au XIVe siècle, il n’y a que des vignes, une modeste maison et un pressoir. Le domaine s’agrandit et devient une bâtisse fortifiée sous les générations suivantes, notamment en 1510 sous l’impulsion de Raoul Hurault. Mais sous le règne de François 1er, le beau-père de Raoul, accusé de malversation, entraîne avec lui dans sa chute son gendre forcé de vendre le château. Diane de Poitiers, évincée de Chenonceau par Catherine de Médicis, l’acquiert pour établir son lieu de villégiature. Après de nombreuses années de procès saupoudrés de failles juridiques, le château de Cheverny est restitué à la famille Hurault. 

Mais au fil des siècles, un nouvel hôte va y poser ses valises : Tintin, héros du dessinateur Hergé qui s’est inspiré des lieux pour créer le château de Moulinsart.  

Les similitudes entre Cheverny et Moulinsart

les-similitudes-entre-cheverny-et-moulinsart.jpg

C’est en 1942, dans « Le secret de la Licorne » qu’apparaissent, pour la première fois, les courbes classiques du château de Moulinsart, alors que Tintin est retenu prisonnier dans les souterrains de la bâtisse. Mais il faut attendre la fin des aventures de « Tintin et le trésor de Rackham le rouge », lorsque le capitaine Haddock, avec le soutien du professeur Tournesol, achète le domaine, pour admirer l’extérieur de la demeure. Moulinsart devient alors un décor récurrent des albums d’Hergé, notamment dans « Les bijoux de la Castafiore ».

Pourquoi le dessinateur Hergé s’est-il inspiré du château de Cheverny pour représenter Moulinsart, rognant les deux ailes extérieures ? Nul ne le sait. Mais certains, notamment Charles-Antoine de Vibraye, actuel propriétaire, affirment que les courbes classiques étaient plus simples à esquisser pour l’artiste passionné de voyages, et plus proches de la sobriété de son trait de crayon. 

L’intérieur de Moulinsart reprend également les détails du château de la Loire : dans le « Secret de la Licorne », alors que Tintin est prisonnier des frères Loiseau, le journaliste est enfermé dans une pièce reprenant les détails de la chambre du roi, notamment l’imposante cheminée de style néo-renaissance décorée à l’or fin. Pour la reproduire, Hergé s’est inspiré d’un guide touristique sur le château de Cheverny, document dont il se servira également pour l’escalier de pierre qu’emprunte Tintin dans la crypte où il est retenu prisonnier.

Le parc, trésor de Cheverny

le-parc-tresor-de-cheverny.jpg

Le château de Cheverny semble posé sur un océan de pelouse minutieusement entretenu et ceinturé d’un verdoyant jardin à l’anglaise, imaginé entre 1820 et 1860 par Paul de Vibraye. Laissez-vous entraîner dans une promenade bucolique, à bord d’une voiture ou d’un bateau électrique, pour découvrir des allées habillées de séquoias, cèdres ou tilleuls. Arrêtez-vous à l’envi pour une pause à l’ombre des arbres, faites escale au potager ou encore dans la salle des trophées, où sont exposés près de 2000 bois de cerfs.

Le chenil, curiosité à ne pas manquer

le-chenil-curiosite-a-ne-pas-manquer.jpg

Le saviez-vous ? Haut lieu de vènerie, le château de Cheverny dissimule des chenils datant de 1850, abritant une centaine de chiens de chasse issus d’un croisement entre Poitevins français et Fox Hound anglais. Les lundis, mercredis, jeudis et vendredis du 15 septembre au 21 mars, mais tous les jours en haute saison, une animation unique permet d’admirer le piqueur donner le repas aux animaux selon un rituel précis. Au mois de mai, lors de la cérémonie du baptême des nouvelles portées, les visiteurs sont invités à choisir le nom d’un des chiots.     

Tintin, hôte privilégié de Cheverny

tintin-hote-privilegie-de-cheverny.jpg

Depuis 2001, en étroite collaboration avec la fondation Hergé, Charles-Antoine de Vibraye, propriétaire du château de Cheverny, propose une exposition sur les aventures de Tintin. Dans une aile dédiée à proximité du chenil, où les chants de la Castafiore ou la frêle silhouette du professeur Tournesol semblent accompagner vos pas, le cadre historique vous entraîne dans une immersion complète dans l’univers de Tintin. Ludique, l’exposition interactive s’étale sur 700 mètres carrés, représentant Moulinsart en grandeur nature : déambulez dans la crypte où Tintin fut enfermé par les frères Loiseau ou dans le salon où semble résonner le chant de la Castafiore, faisant voler les vitres en éclat… Partout, des objets mythiques sont dissimulés tels une bouteille de Loch Lomond, whisky préféré du Capitaine Haddock, un trente-trois tours de la Castafiore… Tout est prévu pour vous donner l’impression d’être dans un album d’Hergé.

Après un passage dans l’atelier de Tournesol ou dans la salle des portraits, poussez la porte de la chambre de l’acolyte de Milou où s’étalent ses vêtements, ses souvenirs et accessoires rappelant ses aventures. Êtes-vous tintinophile ? Testez vos connaissances dans cet univers imaginaire des plus réalistes.

Et le musée Tintin semble avoir donné une seconde jeunesse à Cheverny : sur les 300 000 visiteurs foulant le parquet laqué du château, 85 000 poussent les portes du musée dédié à l’intrépide reporter à la houppette. Pour un événement unique, louez la salle du chevalier de Hadoque, entièrement dédiée au capitaine amateur de bon whisky. 

Château de Cheverny ou domaine de Moulinsart ? Après une escapade au cœur de cette demeure de six siècles, il sera difficile de faire la différence…