Visionnaires, Gustav Klimt et ses amis artistes le furent, quand, en 1897, ils décidèrent de quitter la très conservatrice Künstlerhaus pour créer leur mouvement, la Sécession, et l’installer dans leur propre édifice. L’allure du pavillon fit scandale, avec sa flamboyante architecture Art nouveau surmontée d’une coupole de feuilles dorées. Mais c’est aujourd’hui l’un des emblèmes de Vienne. Sans se reposer sur ses lauriers, l’institution culturelle reste fidèle à la devise écrite en lettres d’or sur la façade d’un blanc éclatant : « À chaque époque son art, à l’art sa liberté. » C’est pourquoi les lieux continuent de s’intéresser aux courants émergents et aux nouvelles formes d’expression artistiques, avec de très nombreuses expositions chaque année, thématiques ou dédiées à un seul créateur. Au sous-sol, a été tout de même conservé une œuvre majeure de Klimt, la Frise Beethoven, son interprétation de la 9e symphonie, achevée en 1902.

Tél. : +43 1 587 53 07
https://www.secession.at/en/