L’ancien siège des souverains de l'État bourguignon regroupe plusieurs édifices, érigés à différentes époques et finalement rassemblés en un ensemble cohérent par Jules Hardouin-Mansart quand il conçut la place Royale (désormais place de la Libération), dans les années 1780. Le premier architecte du roi avait alors unifié les façades de l'ancien logis ducal (reconstruit au XVe siècle en style gothique) et du palais des États de Bourgogne (bâti au XVIIe siècle). Au milieu, trône la tour Philippe le Bon, symbole du pouvoir, achevée en 1460 : en grimpant les marches qui mènent les visiteurs à près de 50 mètres de haut, c’est un magnifique panorama qui se dévoile, sur le centre de Dijon et ses environs. Aujourd’hui, le palais, témoin privilégié de l’histoire de la cité, abrite, entre autres, la mairie, le musée des Beaux-Arts et l'office de tourisme.