Back to top

Le Château et les jardins de Villandry

À une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Tours se dresse le majestueux Château de Villandry. Ce domaine se démarque de l’ensemble des châteaux de la Loire à plusieurs titres. Il appuie notamment sa renommée sur ses superbes jardins à la française aux formes minutieuses.

Un château séduisant

Un-château-séduisant

Quand le docteur Joachim Carvallo et son épouse Ann Coleman, ancêtres de l’actuel propriétaire Henri Carvallo, découvrent le Château de Villandry en 1906, ils tombent instantanément sous le charme de l’immense bâtisse et de son domaine. Pourtant, les lieux ont une apparence bien éloignée de la forme originelle définie lors de leur construction, en 1532.

À cette époque, Jean Le Breton, son propriétaire et ministre des Finances de François Ier, s’aligne sur la volonté du roi. Villandry prend la forme d’une demeure de style Renaissance, à l’instar des grands châteaux construits à la même époque le long de la vallée de la Loire. Dans la région, il est d’ailleurs le dernier de ce style élégant à voir le jour. Érigé en lieu et place d’une demeure féodale, il en conserve le haut donjon à créneaux. Trois bâtiments s’y ajoutent, formant une cour d’honneur. Les jardins, plus restreints qu’à l’époque actuelle, affichent déjà une très belle organisation, de style Renaissance là encore.

De la Renaissance au néo-classique

De-la-Renaissance-au-néo-classique

Le domaine quitte le patrimoine des descendants de Jean Le Breton lors de son achat par le marquis de Castellane quelque 200 ans plus tard. Celui-ci décide d’y faire des modifications drastiques, pour son confort et pour donner à la demeure une touche plus personnelle. Le style Renaissance n’est alors plus en vogue, on lui préfère le néo-classique. Les modifications apportées à l’intérieur par le marquis de Castellane sont un succès, notamment un escalier monumental. L’extérieur en revanche perd de son caractère selon les spécialistes. La façade, par exemple, se trouve percée de fenêtres supplémentaires et agrémentée de nombreux balcons.

Au gré de son histoire, le Château de Villandry change encore plusieurs fois de mains. Mais aucun propriétaire ne s’aventure à en modifier l’architecture. Jusqu’à Joachim Carvallo. Il souhaite lui redonner son élégance Renaissance. En parallèle, le médecin espagnol s’intéresse aux jardins, immenses. Le marquis de Castellane a en effet étendu le domaine en achetant des terres adjacentes. Son successeur pose les bases de ce qui fait désormais le succès du château.

Le château de Villandry, haut lieu de tourisme

Le-château-de-Villandry,-haut-lieu-de-tourisme

Il remplace les jardins à l’anglaise voulus par le marquis par des jardins à la française, modelés sur un style Renaissance pour s’accorder avec le bâti. Les plantes et les arbres suivent scrupuleusement les règles en vigueur au XVIe siècle. Cette reconstitution minutieuse vaut à ces extérieurs leur renommée et attire les touristes. Occupant trois terrasses, ces jardins se divisent en quatre espaces végétalisés : le potager décoratif, le jardin d’eau s’articulant autour d’un bassin, le jardin des Simples de Villandry et le jardin d’Ornement.

Ce dernier fait partie des espaces les plus spectaculaires. Symétrie et géométrie s’allient aux couleurs et topiaires pour créer un environnement fabuleux. Joachim Carvallo a aussi puisé dans l’inspiration andalouse pour dessiner un ensemble de parterres élégants, les jardins d’amour de Villandry qui s’insèrent ici. À quelques pas du potager décoratif, le jardin des Simples de Villandry fait une petite entorse au style Renaissance. Issu de la tradition médiévale, il est planté d’herbes et d’aromates.

Les jardins s’animent et évoluent tout au long de l’année et reprennent vie à partir du printemps. Fleuris, ils se parent de couleurs et de parfums. À ce moment-là, les clémentiniers de Villandry sortent de l’Orangerie où ils ont passé l’hiver et sont installés dans le jardin d’Ornement, pour le plus grand plaisir des visiteurs.