Au Nord de Pékin. Le plus célèbre site de Chine, inscrit, en 1987, au patrimoine mondial par l’Unesco, est multiple : selon ses segments, la muraille est très bien restaurée ou en ruines, très fréquentée ou perdue dans la forêt… S’étirant au total sur plus de 6 000 kilomètres, certains tronçons sont plus anciens que d’autres. Sa première version remonte à 221 av. J.-C. Mais les parties les plus connues et les plus visitées ont été construites sous la dynastie des Ming à partir de la seconde moitié du XIVe siècle. Quelle que soit l’époque, le but était le même : se protéger des envahisseurs venus du Nord. Ce qui s’avéra inefficace, malgré la taille imposante de l’édifice : un mur de 6 à 8 mètres de haut et 4 à 6 mètres de large, ponctué de tours de guet communiquant par signaux de fumée. Parmi les zones les plus faciles d’accès depuis Pékin, et donc les plus touristiques, figure Badaling, à environ 70 km au nord-ouest de la capitale : il s’agit de la section la mieux conservée et la plus représentative de la Grande Muraille des Ming. Un peu plus éloignée, et située au nord-est de Beijing, se trouve Mutianyu, bien rénovée et un peu moins fréquentée que Badaling. Les distances avec la capitale sont plus importantes encore pour Huanghuacheng, Jinshanling ou Simatai, qui valent néanmoins le détour.