Sur Lanzarote, île des Canaries, le parc national de Timanfaya offre un spectacle saisissant. Il concentre en effet sur son territoire une centaine de cônes volcaniques. Leurs pentes nues et les plaines désolées qui les entourent créent un paysage à la beauté exceptionnelle. Une visite incontournable.

L’origine récente du parc national de Timanfaya de Lanzarote

Des cônes volcaniques à perte de vue. Une terre aride où seul s’accroche du lichen. Des reliefs aux formes étonnantes et des couleurs impressionnantes allant de l’orange au pourpre, en passant par le rouge. Ce tableau spectaculaire forme le paysage du parc national de Timanfaya, niché dans l’ouest de Lanzarote. Connue aussi sous le nom des Montañas del Fuego, ou « Montagnes du feu », cette réserve bordée par l’océan Atlantique s’étend sur une superficie de 51 km².

À l’instar des autres îles des Canaries, Lanzarote doit sa formation à une intense activité volcanique. L’île est une des plus anciennes de l’archipel espagnol. Son sol recèle des roches datant de 10 à 20 millions d’années et elle possède plus de 300 cratères et cônes sur sa surface. 

Le parc de Timanfaya est bien plus récent. Ces montagnes se dressent là depuis « seulement » 300 ans, un temps négligeable à l’échelle géologique. Pour les humains qui vivaient alors sur l’île, l’événement s’avéra d’ailleurs désastreux.

Le parc naturel de Timanfaya, issu d’une mer de lave

En 1730, le curé de la paroisse de Yaiza rapporte que la Terre s’est ouverte dans le village de Timanfaya. Une série d’éruptions volcaniques secouera ensuite la région pendant six ans. Les laves et matériaux rocheux crachés par les volcans naissants dévastent une dizaine de villages, dont celui de Timanfaya. Ils transforment de vastes plaines fertiles en une large mer de lave, qui couvre près de 25 % de l’île et refroidit lentement. Les cendres volcaniques affectent une zone encore plus grande. En 1824, une nouvelle série d’éruptions intervient. L’activité des volcans semble depuis s’être assagie. 

De nos jours, l’absence de végétation sur les montagnes de feu du parc national saute aux yeux. Le tapis gris clair de lichen joue généralement le rôle d’élément précurseur d’une flore plus complexe, mais pas dans ce cas. En réalité, peu de plantes parviennent à se développer à cause du climat aride de Lanzarote. Les faibles précipitations n’érodent pas la surface des volcans du Timanfaya. Le territoire a donc très peu changé depuis la fin de l’activité éruptive.

Partir en excursion dans le parc national de Timanfaya

Partir en excursion dans le parc national de Timanfaya

La captivante visite du Timanfaya se doit d’être encadrée à cause de l’instabilité des sols. Une fois les limites du parc franchies et le droit d’entrée acquitté, les voyageurs l’explorent majoritairement à bord de cars. Ces derniers empruntent une route qui slalome entre les différents cônes, s’arrêtent aux plus beaux points de vue et accompagnent cette balade fascinante de commentaires scientifiques et historiques. 

Plus insolite, le parc se parcourt aussi à dos de dromadaire. Pour les randonneurs, un circuit conduit par un guide officiel est organisé chaque semaine. 

Quel que soit le moyen de locomotion choisi, tous les itinéraires passent par le Centre des visiteurs. Là, les guides vous montreront que le parc possède toujours une activité volcanique. Un bâton planté en terre qui prend feu ou de l’eau versée dans un trou qui rejaillit en une pluie de vapeur prouvent ainsi que le sous-sol reste chaud, entre 400 à 600 °C à quelques dizaines de centimètres de profondeur. Au cœur du parc, la chaleur d’un volcan permet même de faire fonctionner le barbecue d’un restaurant. Une activité imaginée par l’artiste César Manrique, enfant de l’île. 

Appartenant aux destinations préférées des Français, l’Espagne dispose d’une variété exceptionnelle de paysages, sur le continent comme sur ses îles. Le parc national de Timanfaya en est une preuve supplémentaire.