Avec 80 paquets consommés tous les ans, soit environ 2 portions par semaine par personne, les ramyeon ou nouilles instantanées coréennes font partie des piliers gastronomiques du Pays du Matin Calme. Savoureuses, rapides à préparer, pratiques à transporter, elles séduisent depuis une dizaine d’années les gourmands des 5 continents. Retour sur une tradition culinaire typiquement coréenne en passe de conquérir le monde.

 

L’histoire du ramen coréen

À la sortie de la guerre de Corée, la pénurie alimentaire sévit dans le pays. Pour améliorer les conditions de vie, le gouvernement se lance dans une politique de distribution de blé et encourage la fabrication de nouilles industrielles. C’est dans ce contexte qu’apparaissent en 1963 les premiers ramen sur le marché coréen.

Conçue selon le procédé japonais, la recette du ramen coréen ne comporte, à l’époque, que du blé dur. Son goût fade ne séduit pas. En 1966, une innovation gustative change la donne. Désormais, les nouilles coréennes comportent dans leur recette de la poudre de piment. 50 ans plus tard, le ramen coréen, quasi un plat national, a trouvé son public et semble capable de concurrencer, voire remplacer, le riz, l’autre incontournable de la cuisine nationale.

 

Les différents ramen coréens

Des plus classiques aux plus innovantes, il existe plus de 100 variétés de ramyeon. Sages ou brûlantes, les recettes de ramen s’associent au poulet, au bœuf et au porc dans le gismyeon (originaire de Chine), le Doenjang ramyeon (aux pousses de soja) ou le nagasaki jjambbong (aux influences japonaises).

Consommé en soupe, le ramen s’accompagne d’un émincé de poireaux, d’un œuf et d’un bol de kimchi, le traditionnel chou fermenté coréen. Les amateurs de sensations fortes se feront un devoir d’expérimenter le buldak bokummyeon, une recette de ramen traditionnel dont la sauce résolument piquante traduit le goût des Coréens pour les plats très épicés. Servi avec une sauce aigre et relevée, le bibimmyeon se déguste froid. Plus atypiques, les jjapagetti prennent des airs de spaghettis, alors que les cheese bokki invitent le fromage dans les assiettes.

Conditionné en sachet ou en gobelet individuels, le ramen coréen se distingue par sa simplicité de préparation. Un peu d’eau bouillante, une paire de baguettes ou une fourchette et vous êtes prêt à vous régaler de nouilles instantanées traditionnelles ou créatives, voire vegan ou halal, selon les préférences.

 

Le jajangmyeon : une recette de ramen traditionnelle

ramen

©Johnnieshin

Parmi les recettes de nouilles coréennes, le jajangmyeon est un grand classique. Originaire de Chine, ce plat à base de nouilles et de sauce de haricots noirs s’accompagne généralement de bœuf, de porc ou de fruits de mer. Pour sa préparation, vous aurez besoin de :

  • nouilles instantanées coréennes
  • 1 oignon
  • 1 pomme de terre
  • 1 petite courgette
  • 100 g de champignon
  • 3 càs de sauce de haricots noirs
  • 200 g de viande
  • 2 càc de fécule de maïs
  • 1 càc de sucre
  • huile d’olive
  • huile de sésame

Préparation de la sauce :

Découpez les légumes et la viande en dés. Poêlez la viande. Ajoutez les légumes. Mouillez avec un peu d’eau et couvrez. Faites chauffer la sauce de haricots noirs puis versez-la dans le bouillon de viande et légumes. Laissez mijoter. Facultatif : incorporez la fécule de maïs pour épaissir le tout. Selon les goûts, vous pourrez ajouter une pincée de sucre.  

Préparation du ramen instantané :

Faites bouillir de l’eau, mélangez les épices et plongez-y le ramen instantané. Laissez les nouilles s’hydrater. Versez la sauce de haricots noirs sur les pâtes et assaisonnez d’un léger filet d’huile de sésame, si vous le souhaitez.

Natures ou améliorées, relevées ou douces, assaisonnées d’épices ou d’huile de sésame : le ramen coréen a de quoi séduire les palais, même les plus délicats.