Les deux principales religions du Japon sont le shintoïsme et le bouddhisme. Le shinto regroupe un ensemble de croyances héritées de l’animisme, du chamanisme et du culte des ancêtres. Le shinto est natif du Japon, alors que le bouddhisme a été importé de Chine et de Corée. Quelles sont les croyances liées à la religion shinto ? Quelles en sont les divinités ? Quel est le symbole du shintoïsme ? Voici cinq choses que vous ne savez peut-être pas à propos du shintoïsme.

Les kami, les divinités du shinto au Japon, ne sont ni bons ni mauvais

les-kamis-les-divinites-du-shinto-au-japon-ne-sont-ni-bons-ni-mauvais.

Les kami du Japon sont dérivés de l’animisme, qui attribue une âme aux objets et aux éléments naturels. Les dieux du shintoïsme sont nombreux et variés. Ils peuvent être des animaux, des végétaux ou des esprits humains. Il n’y a pas de hiérarchie parmi ces divinités. Les kami ne sont ni bons ni mauvais, mais ils peuvent être heureux ou en colère, et il est nécessaire de les honorer afin de les contenter. Les rites servent ainsi à les apaiser pour que l’harmonie du monde soit conservée. L’équivalent du mot japonais « kami » est « shin » en chinois, et « to » signifie « voie » en sino-japonais. Le mot shinto signifie donc littéralement « la voie des dieux ». 

Le mot kamikaze est issu de la croyance shinto

Le mot kamikaze est issu de la croyance shinto

Parmi les plus célèbres kami, on trouve Inari, déesse de l’abondance aux deux messagers, qui protège les récoltes, les commerçants, les prostituées et les pompiers ! Les divinités shinto évoluent avec le temps et les différents temples qui leur sont consacrés. Ces temples sont signalés par un portail appelé « torii », aujourd’hui un symbole du shintoïsme. Les êtres humains illustres peuvent aussi devenir des kami, comme Sugawara no Michizane, poète divinisé sous le nom de Tenjin, protecteur des arts et des lettres. Quant au « kamikaze », il est à l’origine le vent divin qui éloigna par deux fois l’armée mongole des côtes japonaises, avant de désigner les pilotes japonais en mission spéciale pendant la Seconde Guerre mondiale. Notons que tous les humains sont considérés comme des descendants des kami dans le shintoïsme.

Le shintoïsme a largement influencé la culture japonaise

Le shintoïsme a largement influencé la culture japonaise

Beaucoup d’images d’Épinal de la culture japonaise ont été directement influencées par les pratiques et la sagesse du shinto. Par exemple, Amaterasu, la déesse shinto du soleil, est représentée sur le drapeau national par le célèbre rond rouge. Avant un combat de sumo, les lutteurs réalisent des rites shintoïstes : ils chassent les esprits en frappant le sol de leurs pieds, et y jettent du sel afin de purifier le cercle de combat. De même, le théâtre Nô est une évolution du rite saisonnier « kagura », une danse théâtrale destinée à favoriser les récoltes.

La cérémonie de mariage shinto inclut la consommation de saké

La cérémonie de mariage shinto inclut la consommation de saké

Un mariage shinto est traditionnellement célébré dans un sanctuaire. Le mariage est appelé « shinzen kekkon », « l’union devant les dieux », et la cérémonie « shinzen shiki ». Le rite qui scelle l’union est le service du saké, versé dans trois coupes de laque rouge, échangées trois fois entre les époux. Les nombres 3 et 9 (3x3) symbolisent l’harmonie et le lien entre passé, présent et futur. Avant de célébrer le mariage shinto, le couple doit être uni civilement.

On peut être shintoïste ET bouddhiste au Japon

On peut être shintoïste ET bouddhiste au Japon

Le shinto n’est pas incompatible avec d’autres pratiques spirituelles. De nombreux Japonais se déclarent à la fois shintoïstes et bouddhistes. La cohabitation entre ces deux voies spirituelles peut être symbolisée par la pratique de l’ikebana, la composition florale. Cet art dérive autant de la tradition bouddhiste de l’offrande de fleurs que de la croyance shinto. En effet, les fleurs doivent être placées selon une base triangulaire de biais, avec trois points représentant le ciel, la terre et l’humain. L’humain est le point intermédiaire, qui assure le lien entre la terre, le matériel, le profane, et le ciel, le divin, le sacré.