Back to top

Chaque année entre le dimanche des Rameaux et le dimanche de Pâques, l’Espagne vit au rythme de la Semaine sainte. Deuxième période de fête la plus importante après Noël, la Semana Santa alterne temps de ferveur religieuse et moments de liesse. De Madrid à Malaga en passant par Valencia et Saragosse : coup de projecteur sur la Semaine sainte en Espagne, une célébration déclarée d’intérêt public. 

Les processions religieuses : le symbole de la Semaine sainte espagnole

les-processions-religieuses-le-symbole-de-la-semaine-sainte-espagnole

Dans de nombreuses villes d’Espagne, la cathédrale est le point de départ de processions au cours desquelles les confréries religieuses défilent dans les rues en portant des pasos (statues) décorés de fleurs à l’effigie du Christ, de la Vierge ou à d’un saint patron. Les cortèges se composent des costaleros qui portent les pasos à l’épaule et de nazarenos (nazaréens ou pénitents) vêtus d’une cape et coiffés d’une capirote (haute capuche pointue) qui cache le visage. En signe de deuil, les femmes dissimulent leurs cheveux sous la traditionnelle mantille assortie à la robe noire spécialement conçue pour la Semaine sainte. 

Certaines processions progressent en silence. D’autres cheminent en musique, accompagnées par une fanfare où prédominent les tambours et les cornets. Le parcours est ponctué d’arrêts durant lesquels un chanteur ou une chanteuse entonne une saeta. Au cours de la Semaine sainte en Andalousie, ces chants religieux typiques sont clamés du haut d’un balcon au passage du cortège. 

Les temps forts de la Semaine sainte

Commémorant l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, le dimanche des Rameaux se distingue par la bénédiction des palmes blanches, symboliques de la Semaine sainte à Madrid, mais aussi et surtout à Elche (plus grande palmeraie d’Europe) où elles sont cultivées. Tout au long de cette célébration religieuse, des représentations de la Passion et de la mort du Christ mettent en scène l’arrestation, le jugement, la flagellation et la crucifixion. C’est le cas de la Semaine sainte de Salamanque, de Valladolid et de nombreux villages andalous. 

Le Jeudi saint est marqué par la veillée funèbre organisée dans les églises du pays. Le vendredi saint ou Vigile, les fidèles s’abstiennent de manger de la viande et privilégient les plats à base de poisson en général et de morue en particulier comme le buñuelo de bacalao (beignet de morue) ou le potage de Vigilia (aux légumes et à la morue). Côté desserts, la torrija (pain perdu), les buñuelos (beignets) ou l’arroz con leche (riz au lait) sont couramment servis lors de la Semaine sainte en Espagne

Dans quelle ville d’Espagne aller pour la Semaine sainte ? 

Chaque région d’Espagne commémore à sa façon la passion du Christ, cependant ce sont les célébrations de la Semaine sainte en Andalousie qui passent pour être les plus spectaculaires. 

La Semaine sainte de Séville se caractérise par sa Madrugá, une procession se déroulant durant toute la nuit du Jeudi au Vendredi saint. Pour l’occasion, la Vierge de l’Espérance Macarena et la Vierge de l’Espérance de Triana sont sorties dans les rues de la ville.  

La Semaine sainte de Malaga présente une particularité datant du XVIIIe siècle : le Mercredi saint, la fraternité de Jésus El Rico gracie un prisonnier « sans délit de sang ». Le lendemain, les soldats de la Légion étrangère et de la Marine espagnoles portent le « Christ de la Bonne Mort » du port de Malaga jusque dans les rues de la ville.


La Semaine sainte de Cadix débute avec la procession de la Borriquita à laquelle les enfants participent, les bras chargés de rameaux d’olivier et de palmes. 

La Semaine sainte de Cordoue se démarque par ses célébrations strictement silencieuses au cœur du quartier historique classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Dates de la Semaine sainte en 2019 : du 14 au 21 avril 
Dates de la Semaine sainte en 2020 : du 5 au 12 avril