Back to top

Moyen de transport populaire dans les pays asiatiques, le rickshaw (aussi appelé tuk tuk dans d’autres pays) fait intégralement partie du paysage urbain. Idéal pour se faufiler dans la circulation dense des villes indiennes, il vous plonge immédiatement dans l’ambiance locale. 

Le rickshaw, un mode de transport emblématique d’Inde et d’Asie du Sud-Est

Impossible de les rater, ils sont partout en ville, en Inde, en Thaïlande, au Cambodge, au Laos et, plus généralement, connaissent des déclinaisons locales dans tous les pays d’Asie du Sud-Est. Ce mode de transport prend la forme d’un véhicule tricycle, qui est affecté aussi bien au transport de marchandises que de personnes. Le rickshaw peut être motorisé ou non et dans ce cas, votre chauffeur s’installera au volant d’un vélo pour vous promener en ville. Il serait une variante du pousse-pousse, cette voiture à bras tirée ou poussée par un homme à pied, que l’on voit encore dans les rues de certaines villes japonaises.

Pour faciliter le travail du conducteur, il existe une version motorisée du rickshaw. La partie avant provient d’un scooter ou d’une motocyclette, qui fonctionne propulsé(e) par un moteur deux-temps. Généralement, le véhicule ne possède pas de portes, mais parfois un pare-brise a été ajouté pour assurer la sécurité du chauffeur.

La grande majorité des chauffeurs de rickshaws indiens sont des taxis. Si certains sont propriétaires de leur véhicule, la plus grande partie, trop pauvre pour s’acheter son propre rickshaw, le loue à des entreprises privées auxquelles ils reversent une partie des rémunérations qu’ils tirent de leurs courses. Ils exercent soit à leur compte, soit ils se regroupent en compagnie de taxi.

Dans les années 90, les rickshaw ont traversé les frontières pour arriver en France. 

Tout ce qu’il faut savoir avant de monter dans un rickshaw

tout-ce-qu-il-faut-savoir-avant-de-monter-dans-un-tuk-tuk

La pollution est un vrai fléau dans les villes asiatiques. Entre les gaz d’échappement émis par les moteurs deux-temps ou les engins qui remontent à une époque antédiluvienne, les poumons des locaux et des voyageurs souffrent énormément à certaines heures. Pour tous vos trajets en rickshaw, pensez à vous munir d’un foulard que vous placerez sur votre nez et votre bouche pour protéger vos voies respiratoires. 

Autre conseil pour tout trajet en rickshaw : négociez le prix de la course ! Les conducteurs seront tentés de vous faire payer le prix fort tout simplement parce que vous êtes étranger. Celui-ci est fixé en fonction de la distance et bien entendu, si vous ne savez pas évaluer les distances en ville, vous aurez du mal à bien l’évaluer. Et si vous parvenez à obtenir un prix bas que le chauffeur regrettera après coup, vous risquez de vous faire promener en ville, jusqu’à ce qu’il vous annonce que le prix sera en fait plus élevé. Une solution pour un prix gagnant/gagnant, demandez aux locaux soit de négocier le prix à votre place, soit de partager la course. 

Pendant toute la course, essayez de garder vos membres à l’intérieur du rickshaw. La circulation peut être si dense en Inde que vous pourriez être blessé faute d’espace suffisant entre les autres usagers et vous.

Enfin, parfois vous serez amené à… Ne pas payer la course ! Lorsque la police se livre à des contrôles routiers, il n’est pas rare de voir les chauffeurs de rickshaw se sauver en courant en abandonnant véhicule et passagers. La raison est simple, s’ils sont en infraction et que la police les verbalise, ils ont rarement les moyens de payer. D’où la fuite.

Un trajet en taxi rickshaw est toujours une aventure et il permet de s’immerger en profondeur dans la vie locale.