Amateur de treks hors des sentiers battus, vous avez sûrement déjà rencontré des amas de pierres élevés comme des sculptures. Ces créations humaines disséminées en pleine nature s’appellent des cairns. Découvrez leur signification et leurs fonctions.

Lors d’une randonnée en Corse ou encore d’un trek dans les Pyrénées , il n’est pas rare d’apercevoir de-ci de-là un monticule de pierres façonné par l’Homme. C’est la définition du cairn. Il ressemble souvent à une pyramide, mais peut prendre une forme plus originale ou anthropomorphique. Certains empilements sont branlants, alors que d’autres vous étonneront par la solidité de leur construction, comme ceux du col du Carro, en France.

Un langage universel

Empilés-équilibrage-de-rochers-sur-la-plage-entre-Cairns-et-Port-Douglas,-Australie

À l’origine, chez les Celtes, la signification de cairn est « pierre » ou « rocher ». En Bretagne, région par excellence des cairns dolméniques, ce terme a inspiré la toponymie locale : Carnac, Pors Carn, île Carn ou encore Carnoët.

Au-delà de nos frontières, vous trouverez des cairns un peu partout dans le monde, de l’Amérique du Nord au Tibet, en passant par les Îles Féroé. Même si la plupart se concentrent dans les montagnes et sur les sommets, vous pouvez en croiser dans des régions désertiques, le long de cours d’eau, en bord de mer, près de glaciers, voire au milieu des flots dans les pays scandinaves.

Bien connus des alpinistes, randonneurs expérimentés et explorateurs polaires, les cairns, aussi appelés montjoies, remplissent différentes fonctions. Ils servent d’abord de points de repère dans des zones où il est facile de se perdre. Ces amas de pierres peuvent ainsi baliser un sentier sur un sol rocailleux ou aride. Ils peuvent également marquer le sommet d’une montagne, signaler la présence d’une grotte ou d’un précipice par faible visibilité (brouillard, intempéries, neige…).

Dans certains pays, un cairn est dressé comme site funéraire ou comme support à des pratiques religieuses, en Inde et au Tibet notamment. Dans d’autres cas, les amas de pierres commémorent un événement historique. 

Ces compagnons de treks sont vivants, et vous serez encouragé à apporter votre pierre à l’édifice, en Écosse par exemple. Ailleurs, comme en Islande, il est interdit de créer de nouveaux cairns pour éviter l’érosion des sites classés.