Back to top

Le lac d’Ohrid : la perle des Balkans

Aux portes de la Grèce et de l’Albanie, Ohrid se présente comme la capitale touristique de la République de Macédoine du Nord. Vieille de plus de 5000 ans, l’ancienne Lychnidos (ville lumière) était autrefois l’une des étapes incontournables sur la Via Egnatia. Installée à 200 km de Skopje à l’extrême sud-ouest du pays, la cité borde le lac d’Ohrid, appelé lac de Pogradec sur le versant albanais. Avec une superficie de 358 km² et 87,5 km de côtes, celui qu’on surnomme la « perle des Balkans » figure parmi les lacs les plus vastes et les plus profonds (288 m) d’Europe du sud-est. Son origine remontant à 5 millions d’années en fait l’un des plus vieux lacs du monde.

Ohrid : un site doublement classé au patrimoine mondial de l’UNESCO

ohrid un-site-doublement-classe-au-patrimoine-mondial-de-l-unesco

Entre paysages extraordinaires et témoignages historiques inestimables, la région d’Ohrid en Macédoine est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en tant que bien mixte. En clair, elle fait partie des 25 sites classés pour leurs valeurs naturelles et culturelles à la fois. Distingué pour son exceptionnelle biodiversité, le lac d’Ohrid abrite plus de 200 espèces végétales et animales endémiques, dont une riche faune ornithologique. Récompensée pour la préservation de son incomparable architecture, la ville d’Ohrid constitue l’un des ensembles urbains anciens les mieux conservés et les plus complets des Balkans et concentre plus de 800 icônes aussi rares que précieuses (du XIe au XIVe siècle). 

La colline de Plaosnik et le monastère Saint-Panteleimon

la-colline-de-plaosnik-et-le-monastere-saint-panteleimon

Balcon sur le lac d’Ohrid, Plaosnik fut, jusqu’en l’an 2000, le site archéologique le plus important de la République de Macédoine. Habitée dès l’antiquité, cette colline dominant de somptueux paysages devient au moyen-âge un des foyers religieux et culturels les plus illustres des Balkans. Sous l’impulsion de Saint Clément, le monastère Saint-Panteleimon et l’école littéraire d’Ohrid y voient le jour. C’est ici que l’alphabet cyrillique est imaginé, puis enseigné, contribuant à la propagation de la culture slave. De nos jours, outre la toute nouvelle université de l’Apôtre-Paul et l’église Saints-Clément-et-Panteleimon reconstruite à l’identique en 2002, la colline de Plaosnik abrite le mausolée de Sinan Yusuf Çelebi, dernier témoin de la période ottomane, ainsi que les vestiges d’une basilique paléochrétienne où l’on peut admirer de magnifiques mosaïques datant du Ve siècle. En empruntant le sentier grimpant à l’ouest de la colline, on accède à l’église Saint-Jean de Kaneo après une promenade à travers la forêt. 

Kaneo : l’église belvédère sur le lac d’Ohrid 

kaneo l-eglise-belvedere-sur-le-lac-d-ohrid

Perchée au bord de la falaise, l’église médiévale Saint-Jean de Kaneo surplombe les eaux pervenche du lac d’Ohrid. Fondé au XIIIe siècle, ce monument emblématique doit son succès à son architecture pittoresque inspirée du style byzantin arménien et à son cadre privilégié invitant à la contemplation.

La cathédrale Sainte-Sophie 

la-cathedrale-sainte-sophie

Siège de l’Église autocéphale de Macédoine, la cathédrale Sainte-Sophie se dresse dans la partie basse d’Ohrid. Érigée au XIe siècle, elle constitue la plus grande église médiévale du pays. Transformée en mosquée puis en entrepôt, elle présente, depuis sa dernière restauration, de somptueuses fresques anciennes symbolisant le schisme des Églises d’Orient et d’Occident. Dotée d’une excellente acoustique, elle accueille de nombreux concerts de musique lors du festival d’été d’Ohrid.

La forteresse de Samuel

forteresse-de-samuel

Restaurée à l’aube des années 2000 la forteresse de Samuel (Samuel’s fortress) compte dix-huit tours défensives et quatre portes. Bâtie au Xe et XIe siècles, elle devient la résidence officielle de Samuel Ier, qui fait d’Ohrid la capitale de l’Empire bulgare. Une promenade sur ses remparts crénelés révèle une vue splendide sur la ville, son lac et les monts Galitchitsa, sanctuaire du lynx, du loup et de l’ours brun.