Back to top

Le Tibet est une région mystique, lieu de nombreux pèlerinages Hindouistes, Bouddhistes et Bön-po. L’acte de faire le tour de certains lieux sacrés s’appelle la kora et permet aux pèlerins d’effacer leurs pêchés, d’éloigner le mauvais œil et de se rapprocher du nirvana.
La difficulté de la kora et la foi montrée par le pèlerin influent sur la puissance spirituelle qui en découleront sur lui. Les kora ne s’exécutent pas toujours de la même manière. Certaines se font en marchant tout en récitant des mantras ou des prières et d’autres se font en rampant. La plus célèbre kora est celle du mont Kalaish, la plus ancienne des montagnes du Tibet dit-on. Même pour les non-croyants, la magie qui s’en dégage a quelque chose d’irréel…

 

LE MONT KAILASH : À L’ORIGINE DU MONDE


Son sommet n’a jamais été gravi. Niché dans les hauts plateaux de l’Himalaya à l’extrême ouest du Tibet, culminant à plus de 6 700 km d’altitude, le mont Kailash est l’une des montagnes les plus sacrées au monde. Elle est adorée par les Bouddhistes, les Hindouistes et les Bön-po. Grandiose, énigmatique et rude, la montagne surplombe les hauts plateaux de son aura divine et de sa symétrie presque trop parfaite. 


kailash

La circumambulation du mont Kailash est un rite millénaire, qui a lieu de mai à octobre. Pour ce pèlerinage sacré, le tour du mont s’effectue traditionnellement sur le plus haut sentier de la montagne à 5 700 mètres d’altitude, en 4 jours dans le sens des aiguilles d’une montre pour les Bouddhistes et Hindouistes et dans le sens contraire pour les Bön-po. Si elle est le but de toute une vie pour certains croyants, cette kora est particulièrement éprouvante puisque les pèlerins la réalisent en rampant.

retg


Le mont revêt plusieurs significations en fonction des croyances et religions. Pour les Bouddhistes, il est la demeure de Chenresig, le Bouddha de la compassion qui se serait réincarné en Dalai Lama. Pour les Hindous il est le mont Meru, le foyer de Shiva. Enfin, pour les Bön-pos, il est la demeure de la déesse Sipaimen. Pour les Hindous et Bouddhistes, la kora du mont Kailash n’est pas complète si l’on ne fait pas escale au site de Tirthapuri, l’un des trois sites pérégrinaux les plus saints du Tibet et son monastère, très célèbre pour ses sources d’eau chaude. Il est obligatoire d’y prendre un bain après l’épreuve du mont Kailash pour se purifier.

 

AUX ENVIRONS DU MONT KAILASH…

 

L’ancien royaume de Gugé

hgn


Le Royaume de Gugé fut l’une des civilisations les plus prospères et l’une des sources de la renaissance du Bouddhisme au Tibet et ce pendant près de 700 ans. Il abrita une civilisation brillante et les ruines parfaitement conservées de cette fabuleuse forteresse témoignent de toute l’immensité de ce site. Elles sont aujourd’hui l’un des plus beaux joyaux de notre planète. Taillé à même la pierre, le Royaume aux allures de citadelle semble imprenable tant elle fait corps avec la montagne. 
Les plus courageux des voyageurs auront peut-être le privilège de pouvoir visiter la grotte des corps séchés, lieu où ont été exposés les corps décapités des soldats ayant refusé la chute du royaume dans les années 1660. Aucun texte ne parle d’ailleurs du Royaume de Gugé après sa chute, qui disparut mystérieusement de l’histoire.

 

Le lac Manasarovar

jg


Ce lac est vénéré depuis des temps immémoriaux par les Hindous, les Bouddhistes et les Bön-pos, il représente les eaux de notre univers. Certains pèlerins en font également le tour et réalisent la kora du lac Manasarovar. Situé à plus de 4 500 mètres d’altitude, coincé entre deux chaînes de montagnes, il offre une vue imprenable sur le mont Kailash, situé à seulement une trentaine de kilomètres plus loin. Pour les Hindous, le lac a été créé dans l’esprit de Brahma, dieu créateur.
Les pèlerins hindouistes s’immergent dans ses eaux, tandis que les bouddhistes la boivent. Un célèbre proverbe dit d’ailleurs : Les hindous se lavent l’extérieur pendant que les bouddhistes se lavent de l’intérieur ». Tout autour du lac se trouvent d’ailleurs plusieurs monastères, où les pèlerins et touristes viennent s’y reposer lors de leur circumambulation. 

 

Le lac Namtso

yr


Il est l’un des plus hauts lacs salés du monde (5 000 mètres d’altitude) et l’un des plus sacrés du Tibet. Le bleu de ses eaux est hypnotisant. Il est notamment un lieu saint du bouddhisme tibétain. De nombreux fidèles se réunissent autour du lac pour une grande cérémonie qui s'y déroule tous les douze ans, lors de l'année du mouton. En ses eaux, cinq îles flottent, inhabitées. Elles sont utilisées par les pèlerins pour y faire leur retraite spirituelle : ils traversent les eaux gelées du lac en hiver en emportant leur nourriture avec eux. Ils y passent tout l’été, en attendant les eaux glacées du prochain hiver pour retourner sur les terres.

Le lac Namtso est connu pour être un véritable havre de paix et de sérénité.