Le kazatchok (ou kozachok) est une danse issue du folklore des Cosaques, un peuple de Russie et d’Ukraine dont les origines remontent au 13e siècle. Cette danse se distingue par sa rapidité et son caractère acrobatique. Les jambes sont levées en rythme, certains pas sont exécutés en position accroupie, et sauts et grands écarts font aussi partie de la chorégraphie. La musique qui accompagne le kazatchok présente un tempo vif et souvent crescendo, ce qui a pour effet de rendre la danse de plus en plus impressionnante au fur et à mesure de son exécution.

En France, le kazatchok a été introduit par le passage des troupes russes à Paris en 1814, après les défaites napoléoniennes. Au 20e siècle, les représentations des Chœurs de l’Armée rouge ont contribué à faire connaître cette danse dans le monde entier. Dans la culture populaire, la chanteuse israélienne d’origine russe et polonaise Rika Zaraï a interprété un morceau intitulé « Cazatchok », et le sportif jamaïcain Usain Bolt en a exécuté quelques pas lors des Championnats du monde d’athlétisme de 2013, qui avaient lieu à Moscou.

Origines et évolution du kazatchok

Origines-et-évolution-du-kazatchok

Le terme kazatchok est dérivé du mot Cosaque, qui qualifie un groupe de peuples aux origines slaves et mongoles, installés dans les steppes du sud de la Russie et de l’Ukraine. Les Cosaques étaient des hommes libres, indépendants, parfois des pillards et des mercenaires. Quiconque désirait adopter leur mode de vie devenait Cosaque : les hommes pauvres voulant échapper au pouvoir des seigneurs, les parias, les aventuriers...

Le kazatchok était dansé à l’occasion des spectacles de « Vertep », un théâtre de poupées ukrainien donnant lieu à des célébrations, notamment sur les bords du fleuve Dniepr. À l’origine, le kazatchok est une danse de couple, basée sur l’improvisation et menée par la partenaire féminine qui tape dans ses mains pour indiquer les changements. À partir du 19e siècle, elle devient une danse de groupe. Les danseurs forment un cercle au centre duquel ils exécutent tour à tour leurs pas les plus spectaculaires, un peu à la manière d’une « battle » de break dance.