Back to top

Située au cœur de la Roumanie, la Transylvanie est l’une des 3 régions historiques qui composaient autrefois la Roumanie, avec la Valachie, terre de naissance de Vlad Tepes « l’Empaleur » et la Moldavie, ancienne principauté aujourd’hui partagée entre la Roumanie, la République de Moldavie et l’Ukraine. Aujourd’hui, la Transylvanie existe toujours en tant que région, où la religion orthodoxe est très présente. Elle est aussi et surtout célèbre pour les contes d’horreur qu’elle a inspirés au fil des années : elle est la demeure du célèbre comte Dracula. Son paysage parsemé de châteaux médiévaux, de montagnes escarpées, de villages et de campagnes à perte de vue en fait une scène idéale pour les histoires macabres.

 

LES ORIGINES DE DRACULA


La Transylvanie est une terre à fantasmes. Source d’inspiration intarissable pour le cinéma et la littérature, cette région a donné lieu à bon nombres d’œuvres célèbres et variées, allant du roman de Jules Verne "Le château des carpates" à l’œuvre d’animation "Hôtel Transylvanie", en passant par celui qu’on ne présente plus : le roman "Dracula" de Bram Stocker, qui sera repris et réadapté un nombre incalculable de fois. Le comte Dracula, « héros » macabre de ce roman au succès retentissant, est devenu avec le temps la légende et le symbole de la région roumaine. Mais d’où vient-il ? Pourquoi la Transylvanie a-t-elle inspiré à Bram Stocker celui qui sera l’un des monstres les plus terrifiants de tous les temps ?


La légende sanglante du comte serait fortement liée au règne de Vlad Tepes, plus connu sous le triste nom de Vlad « l’Empaleur », prince de Valachie aujourd’hui région du sud de la Roumanie. Dracula signifie d’ailleurs « Fils du diable » en roumain, créature associée au dragon dans les croyances de l’époque. Or, Vlad Tepes est le fils d’un certain Vlad « le Dragon » … 

vlad


Victor Hugo, dans la « Légende des Siècles », décrit sa manière terrible et sanglante de rendre la justice : il aurait  empalé des centaines de milliers d’hommes. Sa « Forêt des Pals », lieu où étaient dressés les corps de ses victimes, est aujourd’hui très célèbre. Le prince, dont l’image restera à jamais associée au comte Dracula reste cependant un personnage défendu par le peuple roumain : il aurait été le dernier rempart courageux contre l’invasion des musulmans de l’empire Ottoman.


Le mystère qui entoure la mort de Vlad l’Empaleur a également fortement influencé la légende de Dracula. Décapité, sa tête n’a jamais été retrouvée. L’on dit que le prince s’est transformé en strigoi, un vampire. Depuis, le folklore populaire veut qu’une personne n’ayant pas été inhumée selon les rites orthodoxes se transformait en vampire. Afin de s’en protéger, les villageois leur enfonçaient un pieu dans le cœur.


Il se dit, encore aujourd’hui en Transylvanie, que le comte erre chaque nuit dans les couloirs de son château…

Extrait de l'émission "Les aventures de M. Gluzicki".

 

VISITER LA TRANSYLVANIE


La citadelle médiévale de Rupea


Située à mi-chemin entre Brasov et Sighisoara, sur la route liant la Vallée de l’Olt à celle des Tarnave, la citadelle de Rupea est perchée sur une superbe colline en basalte. C’est à cette roche que la forteresse doit son nom :  « Rupes » désigne en latin le basalte. Emprunté par le roumain, le mot s’est transformé en « Rupea ». La citadelle est aujourd’hui l’un des plus anciens vestiges archéologiques de Roumanie. Elle se compose de  trois ensembles architecturaux : la cité d’en haut, la plus vieille, qui date des  13e et  14e siècles, la cité mitoyenne, érigée au  15e siècle et élargie au siècle suivant, et la cité d’en bas, du  17e siècle. Depuis sa réouverture, la cité de Rupea a enregistré un nombre record de 26 mille visiteurs, et est l’un des symboles de l’héritage Saxon en Transylvanie. 

rupea


Le château de Bran


Le château est situé à la frontière entre la Transylvanie et la Valachie. Il est considéré comme étant la demeure de Vlad l’Empaleur, alors que celui-ci n’y a en réalité jamais séjourné. Cette forteresse somptueuse à l’architecture impressionnante est propriété des Habsbourg, dynastie ayant engendré les Empereurs germaniques en 1452 et 1740 et étant à l’origine de la double monarchie austro-hongroise.
Au crépuscule, la citadelle s’illumine des derniers rayons du Soleil qui la rendent mystique et mystérieuse. L’ambiance qui y règne est presque surnaturelle, et le paysage alentour est semblable à un décor de cinéma. 
 

bran

 

Sighisoara


Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, la ville est un témoin remarquable de l’héritage des Saxons en Transylvanie, pourtant disparus il y a 850 ans. Avec ses bâtisses colorées et ses murs fortifiés, elle est un onirisme temporel et intemporel. Déambuler dans ses rues vous renvoie des centaines d’années dans le passé, au temps sacré des chevaliers et des forteresses qui paraissent encore chevaucher par-delà les murs de la ville.
 

sighi

 

Poiana Brasov


Pour les fondus de ski en famille, la station de Poiana est l’endroit rêvé. Si le domaine n’est pas immense, il est parfaitement desservi et les équipements ont été refaits à neuf. Son village typique est très relaxant pour les moins sportifs : niché au cœur de la montagne, le village de Poiana Brasov se fond parfaitement dans son décor immaculé : ses couleurs vives contrastent le manteau blanc qui habille le domaine en hiver. C’est la station de ski la plus prisée de Roumanie. Son ambiance folklorique ravira les voyageurs en quête de dépaysement, la cuisine y est locale et les randonnées au cœur du domaine sont à couper le souffle. 

brasov

 

Cluj Napoca


Cette ville, ancienne capitale de la région, a des airs d’un Paris très bobo : influences latines, les cafés littéraires gorgeant littéralement ses rues, accompagnés de restaurants chics et cosy. Elle a aussi des airs de petit New York : une version miniature de Central Park fait respirer la ville à pleins poumons et embellit son cadre de vie. Elle est une ville très culturelle et cultivée : elle possède des Universités et quelques musées, et la vie nocturne y est très animée. Ses monuments sont nombreux, alliant un style gothique et une majesté certaine. Si Cluj Napoca reste officieusement la capitale non-officielle de la Transylvanie, ce n’est pas pour rien.
Avis également aux plus courageux, la forêt Hoia-Baciu est ce qui se fait de plus terrifiant dans la région : elle est dit-on la forêt la plus hantée du monde.

cluj