Back to top

Considérée comme l’une des plus belles places du monde et attirant chaque année trente millions de visiteurs, la place Saint-Marc de Venise, une ville à part en Italie, atteste la grandeur historique de la Cité des Doges. Centre religieux, social et politique, elle réunit les anciens logements et bureaux des hauts fonctionnaires de la République de Venise, la résidence officielle des Doges et la majestueuse basilique qui lui a donné son nom. Elle est la seule place de la ville à porter le titre de « piazza », les autres étant simplement des « campi », un terme propre à Venise qui désigne les places de moindre importance. Entourée d’arcades, dominée par le campanile, la place Saint-Marc offre un spectacle raffiné et envoûtant qu’on admire depuis la terrasse d’un café ou lors de la visite des nombreux monuments qui la surplombent.

Le plan de la place Saint-Marc à Venise

le-plan-de-la-place-saint-marc-a-venise

Le plan de la place Saint-Marc dessine une forme de trapèze. Les grands côtés sont formés, au nord, par les Procuratie Vecchie et la tour de l’Horloge. Au sud, on trouve les Procuratie Nuove, qui hébergent le musée archéologique de Venise et la bibliothèque Marciana, et la « Piazzetta », la petite place, qui mène au Grand Canal. Les côtés courts sont constitués de l’aile napoléonienne à l’ouest et de la basilique Saint-Marc et du palais des Doges à l’est. L’entrée sur la place Saint-Marc s’effectue via la tour de l’Horloge ou par la Piazzetta. 

La tour de l’Horloge a été construite à la fin du XVe siècle, de manière à ce que la grandeur de Venise soit visible depuis les eaux de la lagune. Elle est ornée d’un lion ailé, auréolé, la patte posée sur un livre. Celui-ci représente Saint-Marc, le saint patron de la ville. On peut y entrer, gravir ses escaliers étroits et observer le mécanisme de l’horloge avant d’arriver sur une terrasse. Du côté de la Piazzetta, le visiteur est accueilli par deux colonnes de granit ramenées en 1172 du territoire de l’Israël d’aujourd’hui. L’une est surmontée du lion ailé, l’autre honore le premier saint patron de la cité, Saint Théodore. 

Les Procuratie, résidences et lieux de travail des procurateurs 

les-procuraties-residences-et-lieux-de-travail-des-procurateurs

Souvent représentées sur les photos de la place Saint-Marc, les Procuratie abritaient les résidences des procurateurs, hauts fonctionnaires de la République de Venise. Les Procuratie Vecchie, les « anciennes procuratie », sont du XIIe siècle. Mais le bâtiment d’origine a été détruit par les flammes au XVIe siècle. Il a ensuite été reconstruit sous sa forme actuelle, dans un style Renaissance, avec trois étages, cinquante arcades et cent fenêtres qui s’étendent sur 152 mètres. 

Les Procuratie Nuove, les « nouvelles procuratie », présentent une apparence classique inspirée de la Rome antique. Les travaux ont commencé en 1583 et se sont achevés en 1640. À partir de 1805, sous le règne de Napoléon Ier, les Procuratie Nuove servent de Palais Royal. Elles conserveront cette fonction jusqu’à la proclamation de la République italienne en 1946.

Les transformations induites par Napoléon Bonaparte

les-transformations-effectuees-par-napoleon-bonaparte

Après la prise de Venise en 1797, Napoléon Bonaparte ordonne la destruction de toutes les figures de lion ailé. Le lion de la colonne de la Piazzetta est démonté et envoyé à Paris, tout comme les quatre chevaux qui décoraient la basilique Saint-Marc depuis le siège de Constantinople par les Croisés et les Vénitiens en 1204. Les sculptures seront restituées et réinstallées en 1815, après l’abdication de Napoléon Ier. 

Napoléon souhaitait avoir un palais à la hauteur de sa personne. C’est ainsi qu’il choisit deux ailes en angle appartenant aux Procuratie et l’église San Geminiano, datant du XVIe siècle, et les fait remplacer par la somptueuse « Ala Napoleonica » (aile napoléonienne), terminée en 1813. Le musée Correr s’y déploie de nos jours, ainsi que l’appartement de Sissi, récemment restauré. Napoléon a par ailleurs retiré les silos à grains qui séparaient la place du Grand Canal, établissant à la place un jardin à la française.

La basilique Saint-Marc et le campanile

la-basilique-saint-marc-et-le-campanile

La basilique Saint-Marc a été érigée afin de recevoir les reliques du saint patron de la ville, conservées près d’Alexandrie. En 828, le onzième Doge, désireux de concurrencer Rome, décide que Saint-Marc est le protecteur que Venise mérite, à la place de Saint Théodore. Il commandite donc le vol des restes de l’évangéliste par des marchands de la Cité.

Sacrée en 1094, la basilique Saint-Marc de Venise se distingue par son style byzantin très différent de celui des bâtisses italiennes de l’époque, marqué par un plan en croix surmonté de cinq coupoles. Son intérieur associe mosaïques au sol, piliers de marbre et plafonds dorés. À côté de la basilique se trouve un campanile de 98,6 mètres de haut, dont la construction a été réalisée progressivement entre le IXe et le XIIe siècle. On accède à son sommet par un ascenseur. À la base du campanile se situe une « loggetta » du XVIe siècle, qui servait initialement de caserne à la garde du palais des Doges. 

Le palais des Doges 

le-palais-des-doges

À côté de la basilique Saint-Marc se dresse le palais des Doges, bâti à partir de 1340. Mêlant arts gothique et byzantin, il arbore des proportions d’une remarquable harmonie. Sa hauteur et sa profondeur sont identiques et représentent le tiers de sa longueur. De plus, les rangées d’arcades de ses deux premiers niveaux comptent exactement chacune pour un quart de son élévation, et les colonnes du rez-de-chaussée ont une hauteur égale à la moitié de ce premier niveau.

Demeure des Doges jusqu’en 1797, le palais présente une façade parcourue de détails minutieux, qualifiés de « dentelle de marbre » par l’abbé Paul Barbier. Avec son bas habillé de voûtes et de colonnes et sa partie haute pleine, il est emblématique du procédé d’inversion des masses caractéristique de l’art gothique. Son intérieur témoigne également de la richesse et de la puissance de la Sérénissime d’alors, avec des salles décorées par Véronèse et Le Tintoret.

Tous les monuments de la place peuvent être visités, entièrement ou partiellement, et des boutiques, restaurants et cafés sont installés à l’ombre des arcades. Située dans une partie basse de la ville, la place Saint-Marc est inondée en cas d’« acqua alta », des marées hautes fréquentes de l’automne au printemps. Jusqu’à une certaine hauteur d’eau, des pontons en bois sont mis en place pour permettre la circulation des piétons et l’accès aux bâtiments.