Baignée par la mer des Caraïbes, Cuba excite l’imaginaire par sa riche histoire coloniale et révolutionnaire. Loin de ses plages et son littoral propice au farniente, l’île des Antilles regorge de villes aux multiples facettes, dont La Havane et Santiago. Faut-il choisir entre les deux piliers culturels de Cuba ?

La Havane, la perle de Cuba

la-havane

Il suffit de s’offrir une balade dans une vieille voiture américaine de la place du Capitole pour s’imprégner de l’histoire et du patriotisme cubain régnant à La Havane. Embrasser du regard un panorama somptueux sur l’océan depuis le Malecon, traverser la Plaza de Armas sous l’œil de Che Guevara, faire une halte au Floridita pour un Daiquiri cher à Hemingway, flâner dans Habana Vieja aux maisons dissimulant leurs jolies cours intérieures aux grilles ouvragées… Il y a une multitude de choses à faire à La Havane ! La capitale cubaine affiche avec fierté sa culture et son charme sous des airs de salsa et des senteurs de cigare.

Santiago de Cuba, berceau de la révolution cubaine

santiago-de-cuba-berceau-de-la-revolution-cubaine

À 800 kilomètres de la capitale, Santiago de Cuba dévoile ses ruelles ceinturées de bâtisses coloniales aux nuances pastel autour du Parque Cespedes. Aussi vivant qu’attachant, ce berceau de la révolution cubaine cher à Fidel Castro se distingue de La Havane par sa douceur de vivre. Ici, difficile de ne pas succomber au métissage culturel et historique s’affichant à chaque coin de rue, du château de San Pedro de la Roca à la caserne de la Moncada. Peu importent les choses à découvrir à Santiago de Cuba. En soirée, c’est au Parque Cespedes qu’il faut se rendre. Là, chaque pas résonne au son du boléro et de la salsa, jusqu’à faire vibrer la cathédrale et l’Ayuntamiento.

Entre La Havane, historique et colorée, et Santiago de Cuba, métisse et chaleureuse, difficile de faire un choix. Chacune mérite une escale pour une immersion unique au cœur de la culture cubaine.