Back to top

Le nom de Qingdao vous paraît familier ? Normal, la ville est le berceau de la cultissime bière Tsingtao. Station balnéaire prisée des Chinois comme des visiteurs étrangers, elle dissimule un important patrimoine colonial lié à son histoire mouvementée.

L’histoire à rebondissements de Qingdao, en Chine

L’histoire-à-rebondissements-de-Qingdao,-en-Chine

Depuis qu’une partie des JO d’été de 2008 s’y est déroulée, Qingdao, littéralement « la ville verte », attire de plus en plus de voyageurs. Elle est aussi célèbre pour sa bière, la Tsingtao, l’un des produits chinois les plus exportés au monde. 

Ville côtière bordée par la mer Jaune, Qingdao se situe dans la province du Shandong, au nord-est de la Chine. Celle qui n’était qu’un paisible village de pêcheurs jusqu’à la fin du XIXe siècle est aujourd’hui habitée par plus de 9 millions de personnes ! Forcément, avec une ouverture sur trois façades, elle forme un port stratégique vers le reste du pays, le Japon et la Corée du Sud.

Retour en 1897, lorsque, prenant pour prétexte le meurtre de deux missionnaires allemands, l’empereur Guillaume II obtient la concession de Qingdao pour les 99 années à venir. Le nom de la ville est germanisé et devient Tsingtau. Elle demeurera sous domination allemande jusqu’à ce qu’éclate la Première Guerre mondiale. L’occupant y fait construire des édifices, dont une brasserie, qui voit le jour en 1903. La bière locale, la Germania, gagne un prix à Munich en 1906. 

Lorsque le conflit global se déclenche, les Japonais déclarent la guerre aux Allemands. Ils font main basse sur Qingdao en 1914, après deux mois de siège. La Chine réussit à reprendre possession de la ville en 1922. Pendant une courte durée seulement, puisque de 1938 à 1945, les Japonais reviennent l’occuper. Il faut attendre 1949 pour que la Chine rétablisse définitivement ses droits sur Qingdao, grâce à une action de l’armée de libération du peuple.

Par la suite, Mao Zedong en fait sa ville de résidence durant les congés d’été. On peut d’ailleurs toujours visiter la chambre où il avait ses habitudes, cachée dans un hôtel de style bavarois.

Que faire à Qingdao ?

que-faire-a-qinqdao

Bien évidemment, ne manquez pas de faire un tour à la brasserie Tsingtao. Devenue entreprise d’État en 1949, puis privatisée en 1990, elle possède, de nos jours, 69 établissements brassicoles à travers toute la Chine. Elle s’est classée au rang des plus grandes brasseries de la planète dans les années 70. Depuis 1971, elle organise chaque mois d’août son festival de la bière. L’occasion de goûter à sa production !

La brasserie abrite également un musée qui vous permettra d’en apprendre plus sur l’histoire de la bière Tsingtao, sans nul doute la plus populaire du pays. Ce qui fait toute sa saveur, c’est le savoir-faire allemand antique et l’utilisation de l’eau de source du mont Laoshan. 

Mais Qingdao présente encore bien des atouts pour les visiteurs, à l’instar de son patrimoine colonial, qui lui vaut le surnom de « Petite Suisse de la Chine ». Lors de vos flâneries dans le vieux centre historique, n’oubliez pas de vous arrêter au Qingdao Ying Binguan. Cette ancienne résidence du gouverneur allemand a, en son temps, accueilli le président Mao.

Profitez aussi du doux climat qui règne ici toute l’année pour fouler les immenses plages de la région. Très animées, elles vous permettront de lier conversation avec les touristes chinois et de déguster de savoureux plateaux de fruits de mer. L’une des plus belles est sans conteste celle de Shilaoren, blottie aux pieds du mont Fushan.

Enfin, les amateurs de randonnée mettront le cap sur la montagne de Laoshan, qui se dresse en face de la mer Jaune. Haut lieu du taoïsme, elle offre des vues spectaculaires sur la côte.