Back to top

Alors que la plupart des Français pratiquent le métro-boulot-dodo, d’autres optent pour un mode de vie nomade mélangeant esprit bohème et technologies de la communication. Concepteurs de sites web, consultants, graphistes, blogueurs, ils partent en voyage autour du monde avec leur ordinateur portable sous le bras. Découvrez qui sont les digital nomads, les « nomades numériques ».

Quels métiers pour pratiquer le travail à distance ?

quels-sont-les-destinations-ideales-pour-associer-metier-et-voyage

Si des métiers itinérants existaient avant l’ère du numérique, les digital nomads se distinguent en pratiquant des activités liées au web 2.0, l’internet des services, interactif et omniprésent. Traditionnellement, pour combiner métier et voyage, il fallait être agent commercial, photojournaliste, archéologue, personnel de cabine, cuisinier·ère, marin, technicien·ne du son... Aujourd’hui, ce sont d’autres métiers qui font voyager : programmeur·se, concepteur·trice d’applications mobiles, graphiste, animateur·trice de réseaux sociaux, rédacteur·trice de sites web...

Les plus imaginatifs réussissent à créer un blog (web log, un journal sur internet) qui rapporte de l’argent grâce à la publicité ou au placement de produits. Certains « YouTubeurs » filment leurs voyages et publient des vidéos rémunérées, regardées par des millions d’internautes. Les styles et les qualités varient, avec d’excellents contenus informatifs d’un côté et, de l’autre, des vidéos qui s’apparentent plus à des caméras cachées. Les personnes qui ont un savoir à transmettre ou qui sont créatives peuvent utiliser le web pour trouver des clients partout dans le monde : coach de vie, professeur de yoga, architecte d’intérieur...

Quelles sont les destinations idéales pour associer métier et voyage ?

Être un digital nomad permet de vivre certaines expériences mémorables : découvrir Hô Chi Minh-Ville à moto, voyager en train à travers l’Inde, faire du vélo dans les rizières de Bali... Avec le développement des connexions internet et du Wi-Fi, on peut pratiquer le travail à distance pratiquement partout dans le monde. Certaines destinations sont préférées pour plusieurs raisons : faible coût de la vie sur place, facilité d’obtention d’un visa, présence d’un réseau internet, qualité de l’accueil, beauté des paysages...

Parmi ces destinations, les pays d’Asie du Sud-Est arrivent en première place : Thaïlande, Indonésie (en particulier l’île paradisiaque de Bali), Vietnam... Beaucoup de travailleurs à distance s’installent aussi en Europe de l’Est, qui combine infrastructures, faible coût de la vie et proximité : Hongrie, Pologne, République tchèque, Estonie... L’Espagne et le Portugal permettent de profiter du soleil à quelques centaines de kilomètres de Paris. De nombreux nomades numériques optent pour l’Amérique du Sud : Colombie, Mexique, Argentine... Beaucoup de jeunes décident aussi de travailler en Australie, mais plutôt pour faire du fruit picking (récolte de fruits) ou pratiquer le « WWOOFing », qui consiste à se mettre au service d’une ferme biologique en échange du gîte et du couvert.

Voyage autour du monde : comment s’organisent les digital nomads ?

Réaliser un voyage autour du monde tout en travaillant demande quelques sacrifices et de sérieuses qualités d’adaptation. À chaque nouvelle destination, le digital nomad doit trouver un logement et une bonne connexion internet. Les villes les plus réputées parmi la communauté de travailleurs numériques itinérants sont bien dotées en logements à bas prix, en espaces de coworking (cotravail) et en cybercafés : Ubud et Canggu à Bali, Chiang Mai et Bangkok en Thaïlande, Kaohsiung et Taipei à Taiwan... Ces villes demandent aussi moins de garanties pour louer un appartement, donnent la possibilité de vivre en colocation ou comptent plusieurs auberges de jeunesse. Pour communiquer autour du monde, le digital nomad doit bien maîtriser l’anglais ou une langue locale. Autre inconvénient : le nomade ne peut réellement se détacher de son pays d’origine et doit pouvoir y conserver une adresse permanente pour recevoir du courrier par exemple. Il doit aussi être capable de trouver des clients et de faire face à des périodes chômées. Pour allier emploi salarié et voyage confortable, le métier de rêve reste bien sûr... testeur d’hôtel !